Assens (VD): Le meurtrier a été «trahi» par son téléphone
Actualisé

Assens (VD)Le meurtrier a été «trahi» par son téléphone

L'ingénieur quadragénaire qui a étranglé puis enterré son épouse avait prétendu avoir été absent du domicile conjugal lors de la disparition de la victime. Son téléphone a dit autre chose.

par
Christian Humbert
La victime et la villa du couple, à Assens (VD). (photo: dr/frédéric nejad)

La victime et la villa du couple, à Assens (VD). (photo: dr/frédéric nejad)

Les téléphones sont souvent plus bavards que les suspects. Celui du meurtrier présumé d'Assens (VD) est un des éléments ayant permis de le confondre. C'est un membre de la famille – la sœur-jumelle de la victime ?– qui avait découvert un bébé de trois mois tout seul au domicile de ses parents. Le mari avait prétendu aux policiers, alertés pour la «disparition» d'une femme de 36 ans, qu'il n'avait pas passé le week-end dans sa maison. «Il était absent seulement pour une partie du week-end», précise Jean-Christophe Sauterel, officier de presse de la police vaudoise.

Prétendue absence

Les signaux émis par le téléphone portable du meurtrier ont probablement prouvé qu'il était bel et bien présent à son domicile. «Tous ces éléments ont été vérifiés mais nous n'allons pas expliquer comment nous procédons», a poursuivi le porte-parole, qui a refusé de s'étendre sur cette question.

A propos du mobile du meurtre, il n'est toujours pas connu. «Nous avons ses explications: celles d'une dispute qui a dérapé. Les auditions se poursuivent pour en connaître la raison. Nous devons encore établir les circonstances», fait remarquer Jean-Christophe Sauterel. L'officier de presse rappelle que deux-tiers des homicides sont causés par des litiges familiaux.

Ton opinion