Actualisé 31.08.2013 à 17:19

Affaire Claude D.Le meurtrier de Marie devait être jugé en novembre

Claude D. aurait dû comparaître devant le Tribunal d'arrondissement de La Broye pour avoir tenu des propos pornographiques à l'encontre de son ex sur un site accessible à des mineurs.

de
Christian Humbert

Marié en détention avec une Brésilienne, l'assassin de Marie, n'a guère supporté la procédure de divorce engagée par sa femme: il a tenu sur elle des propos pornographiques à travers un réseau social, alors qu'il était aux arrêts domiciliaires.

Ce dérapage de Claude D., qui aurait par ailleurs proféré des menaces de mort à l'encontre de collègues de travail, avait non seulement entraîné sa réincarcération immédiate, mais aussi une plainte pénale déposée auprès du Ministère public vaudois, le 23 novembre 2012.

Et cette plainte a abouti. Claude D. aurait dû comparaître devant le tribunal d'arrondissement de la Broye, siégeant à Yverdon (VD), au cours du mois de novembre prochain.

L'expert Felix Bänziger fait lui-même allusion à cette audience dans son rapport de 49 pages tendant à blanchir l'administration vaudoise dans la mort de Marie, enlevée et étranglée en mai 2013.

Des annonces pour des rencontres

Se manifestant par des problèmes disciplinaires en prison, le Fribourgeois avait pu insérer des annonces dans le but de rencontrer des femmes. C'est alors qu'une Brésilienne s'est manifestée. Après des relations épistolaires et des visites au prisonnier, un mariage a conclu cette liaison particulière. L'instabilité de Claude D. a finalement poussé la jeune femme à entamer une procédure de divorce. Elle ne voulait plus se retrouver seule avec son mari au parloir.

Claude D. ne l'a pas supporté et a dévoilé sur le web l'intimité de son ex-épouse, accompagnée de propos qualifiés de pornographiques et dénoncés comme tels à la justice.

«Claude D. se pose avec un cynisme et une froideur sans pareil en victime, non seulement de la société et des institutions en général mais encore de celle, Marie, dont il a été le tortionnaire et le bourreau » relève l'avocat de la famille Jacques Barillon en évoquant pour la première fois le comportement de Claude D. depuis le crime.

«Claude D. se pose avec un cynisme et une froideur sans pareil en victime, non seulement de la société et des institutions en général mais encore de celle, Marie, dont il a été le tortionnaire et le bourreau » relève l'avocat de la famille Jacques Barillon en évoquant pour la première fois le comportement de Claude D. depuis le crime.

«Claude D. se pose avec un cynisme et une froideur sans pareil en victime, non seulement de la société et des institutions en général mais encore de celle, Marie, dont il a été le tortionnaire et le bourreau » relève l'avocat de la famille Jacques Barillon en évoquant pour la première fois le comportement de Claude D. depuis le crime.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!