Actualisé 29.08.2011 à 16:00

FranceLe meurtrier présumé reconnaît les faits

Inculpé et écroué samedi à Bordeaux, le meurtrier présumé d'une magistrate, son ex-compagne, a commencé à reconnaître les faits devant les enquêteurs, a indiqué lundi son avocat.

Cet homme de 44 ans, père des deux enfants de la victime, aurait mal supporté la séparation d'avec la magistrate depuis début 2009. Selon l'avocat, qui nie toute préméditation, il faut rechercher là les causes du drame.

«Mon client a fait des déclarations qui vont dans le sens d'un crime passionnel mais il conteste toute préméditation. C'est en tout cas ce qui ressort de ses dernières déclarations», a dit à Reuters Me Luc Brassier.

Le meurtrier présumé a été inculpé samedi pour «assassinat et meurtre par une personne ayant été le conjoint ou le concubin de la victime» et écroué, le juge d'instruction se gardant la possibilité de requalifier ultérieurement l'acte en fonction de la préméditation ou pas.

Voiture évoquée

Dans les deux cas, la réclusion criminelle à perpétuité est encourue.

Les éléments réunis par les enquêteurs incriminaient cet homme, dont le portable a activé une borne proche de la maison de la victime au moment des faits.

La magistrate, 43 ans, s'était plainte auprès de ses proches du harcèlement qu'il lui aurait fait subir par téléphone et par SMS ces dernières semaines.

Le corps de la magistrate, qui portait d'importantes plaies à la tête, a été découvert jeudi matin dans sa voiture.

Suggestion lancée par le parquet

Elle avait quitté dans la nuit un ami et a été agressée alors qu'elle venait de garer sa voiture le long du trottoir.

L'arme du crime, qui n'a pas été retrouvée, semble elle être un objet contondant ou tranchant, selon le parquet de Bordeaux.

Enseignante depuis trois ans à l'Ecole nationale de la magistrature (ENM) de Bordeaux en qualité de coordinatrice de la formation des juges des enfants, la victime avait exercé auparavant les fonctions de juge d'instruction et de juge des enfants.

Elle vivait seule avec ses enfants âgés de cinq et 11 ans à la Bastide, un quartier excentré de Bordeaux.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!