Genève: Le Moa devient propriété de l'Etat
Actualisé

GenèveLe Moa devient propriété de l'Etat

La disco est sauvée! Le propriétaire des lieux et le Canton de Genève ont signé un accord qui met un terme à un long imbroglio juridico-politique

par
Didier Tischler
Le Moa Club pourra finalement ouvrir ses portes en toute tranquilité (DR)

Le Moa Club pourra finalement ouvrir ses portes en toute tranquilité (DR)

Depuis la fermeture administrative, puis la réouverture partielle du Moa Club, début novembre, les négociations se sont multipliées à la vitesse de l'éclair.

Un accord est en effet intervenu jeudi entre le propriétaire des murs, l'Etat de Genève et les gérants de la discothèque. Le Canton devient ainsi le proprétaire officiel des locaux qui abritent le club.

L'opération met du coup un terme au conflit qui opposait le propriétaire et les gérants du Moa. Ces derniers résolvent ainsi à la fois leur problème de baux et de sécurité. Ils devraient rapidement obtenir les autorisations d'exploitation qui correspondent à leur statut.

Dans un deuxième temps, le Conseil d'Etat genevois entend acheter les 20 000 m2 de la zone industrielle dite des Batailles, là où se situent les 500 m2 de la discothèque. L'exécutif a ainsi déposé un projet de loi visant à acquérir l'entier des parcelles pour 14 millions de francs. Le Grand Conseil devrait se prononcer rapidement. Le but étant, à terme, de rénover toutes les surfaces industrielles et artisanales du lieu afin qu'elles puissent accueillir de nouvelles sociétés et entreprises.

«L'Etat un réussi un joli coup»,se félicite Michel Chevrolet. Le médiateur du club rappelle que le Canton a sauvé un lieu culturel et acquis des terrains qui rapporteront. De son côté, Olivier Jornot, avocat du Moa et député libéral, se veut confiant quand au prochain vote du Grand Conseil. «J'imagine que le Conseil d'Etat, en proposant le rachat de cette zone industrielle, a pris ses précautions»

Ton opinion