Saint-Sylvestre: Le monde a fêté le passage à 2014
Actualisé

Saint-SylvestreLe monde a fêté le passage à 2014

De Sydney à Dubaï, de somptueux feux d'artifice ont marqué mercredi le changement d'année, avec un goût fruité à Londres, envahie par des confettis à la banane ou à la fraise.

Des millions de personnes à travers le monde ont fêté le passage à 2014.

C'est Auckland, en Nouvelle-Zélande, qui a inauguré les festivités, avant que Sydney prenne le relais. Sept tonnes d'explosifs ont illuminé le ciel de la cité australienne en d'immenses gerbes multicolores, dont certaines ont été tirées depuis son célèbre opéra pour la première fois depuis plus de dix ans.

A Dubaï, qui accueillera l'exposition universelle de 2020, la tour Burdsch Khalifa, le gratte-ciel le plus haut du monde, s'est embrasé de milliers de fusées d'artifice. La ville des Emirats arabes unis espère inscrire son spectacle pyrotechnique dans le livre Guinness des records.

A New York, la traditionnelle boule de cristal géante est descendue lentement le long d'un pylône devant plus d'un demi-million de personnes rassemblées à Times Square, tandis que sur la grande plage de Copacabana de Rio, quelque 2,3 millions de personnes se sont embrassées dans une ambiance de musique et de fête.

Feu d'artifice «multi-sensoriel»

A Londres, la traditionnelle grande roue de «London Eye» s'est enflammée à minuit pile. Quelque 50'000 personnes ont ensuite participé à l'explosion du premier feu d'artifice «multi-sensoriel», de la neige comestible à la pêche, de la fumée à la fraise ou de bulles parfumées à l'orange, tirant la langue pour essayer d'attraper des flocons dont les saveurs à s'accordaient aux couleurs du spectacle.

A Paris, plus de 300'000 personnes se sont rassemblées sur les Champs-Elysées, placés sous haute surveillance avec près de 9000 policiers, gendarmes, pompiers et militaires mobilisés. Mais la fête en France a été entachée par le décès en Alsace d'un homme tué accidentellement par un pétard, selon la gendarmerie, et par celui d'un jeune homme de 20 ans tué d'un coup de couteau dans les jardins du Trocadéro à Paris, selon le ministère de l'Intérieur.

A Berlin, des centaines de milliers de personnes ont fêté le passage à 2014 autour de la Porte de Brandebourg dans un concert géant avec comme point d'orgue le traditionnel feu d'artifice, tandis qu'en Espagne, des milliers de Madrilènes se sont massés dans le froid sur la place centrale Puerta del Sol dans l'attente des 12 coups de minuit.

Appel à la paix

A Rome, un grand concert s'est tenu mardi soir au Cirque Maxime, réunissant chanteurs et DJ italiens, après un discours du maire, Ignazio Marino, qui a promis que «2014 serait l'année de la reprise».

A Kiew, quelque 200'000 opposants ukrainiens ont entonné l'hymne national pour fêter le Nouvel An sur la place Maïdan, barricadée et occupée depuis plus d'un mois après la volte-face du pouvoir sur le rapprochement avec l'Europe au profit de la Russie.

Au Mali, le président Ibrahim Boubacar Keïta a souhaité mardi à ses compatriotes «la paix, rien que la paix» en 2014 dans tout le pays encore secoué par une crise politico-militaire sans précédent.

En Antarctique, les passagers et l'équipage d'un navire scientifique russe bloqué depuis une semaine par la glace ont célébré la nouvelle année avec un hymne composé pour l'occasion.

Hommage à Mandela

Au Cap, un hommage a été rendu à Nelson Mandela, avec un concert, des feux d'artifice et la projection en 3D sur la façade de la mairie d'une rétrospective de la vie du prix Nobel de la paix. Le président sud-africain Jacob Zuma s'est engagé à poursuivre l'oeuvre de réconciliation de Mandela «pour bâtir l'Afrique du Sud de nos rêves».

En revanche, en Arabie saoudite, la police religieuse a prohibé toute célébration dans ce royaume ultra-conservateur qui applique une version rigoriste de l'islam et suit le calendrier de l'Hégire. (ats)

Record pour Dubaï

Dubaï a marqué mercredi le passage mercredi à l'an 2014 par un gigantesque feu d'artifice que la cité-Etat veut homologuer comme le plus grand du monde. Burj Khalifa, la tour la plus haute du monde, qui culmine à 828 mètres, au coeur de l'émirat, qui vient d'obtenir l'organisation de l'Exposition universelle de 2020, s'est illuminée à minuit avec un spectacle qui a duré six minutes devant une foule nombreuse et festive.

Au même moment, Burj al-Arab, un hôtel présenté comme le plus luxueux du monde, contribuait à ce spectacle qui a illuminé le ciel autour de ce bâtiment conçu sous la forme d'un voile sur un îlot artificiel.

A quelques encablures de là, Pal Jumeirah, une île artificielle sous forme de palme s'est ensuite littéralement embrasée ainsi que The World, un planisphère au large de la cité-Etat. Par ce feu d'artifice, tiré depuis 400 sites de lancement et qui a mobilisé 200 techniciens, l'émirat veut entrer au Guinness Book des records, ont indiqué les autorités, sans préciser le coût du spectacle.

Dubaï, qui a été choisi fin novembre pour accueillir l'expo-2020, veut conforter son statut de destination touristique et d'affaires. Grâce à sa réputation de ville libérale dans un environnement conservateur, Dubaï est aussi devenu un centre d'affaires et financier qui attire les entreprises et les expatriés cherchant à s'établir au Moyen-Orient.

Ton opinion