Etats-Unis: Le monde de l'art pleure Chris Burden
Actualisé

Etats-UnisLe monde de l'art pleure Chris Burden

L'apôtre du «body art» et l'un des artistes américains les plus influents de la deuxième moitié du XXe siècle, est décédé dimanche à 69 ans à Los Angeles.

L'artiste devant l'une de ses oeuvres en janvier 2012.

L'artiste devant l'une de ses oeuvres en janvier 2012.

Chris Burden a succombé à un cancer de la peau, selon le «Los Angeles Times», qui cite le curateur Paul Schimmel.

Burden, né à Boston mais ayant passé la majeure partie de sa vie à Los Angeles, est notamment connu pour s'être fait tirer dessus pour une vidéo («Shoot», 1971), s'être fait enfoncer des clous dans les mains comme s'il était crucifié sur une voiture, a été enfermé et mis en danger.

Il faisait partie des fondateurs de la scène de l'art contemporain de Los Angeles, aux côtés de John Baldessari, James Turrell, Mike Kelley ou Barbara Kruger. Il a inspiré des générations de jeunes artistes.

«Repose en paix, Chris Burden», écrivait mardi sur son site le New Musem de New York, qui lui a consacré une rétrospective en 2013. Le musée du LACMA à Los Angeles a rendu hommage à «un artiste qui a laissé des empreintes indélébiles dans l'art dans le monde entier et ici à Los Angeles à travers sa poursuite inlassable de l'innovation dans la performance, la sculpture, entre autres médias».

Lampadaires anciens

L'une de ses oeuvres les plus emblématiques se trouvait à l'entrée de ce musée: «Urban Light» (2008), installation de 202 lampadaires gris datant des années 1920 et 1930, l'âge d'or du vieil Hollywood.

Posés en rangées de plusieurs tailles différentes, il est devenu un endroit de rendez-vous, de «selfies», et une place publique d'interactions et de jeux, un peu comme les Colonnes de Buren au Palais-Royal à Paris. L'oeuvre va rester allumée nuit et jour jusqu'à dimanche, en l'honneur de l'artiste, précise le LACMA dans son communiqué.

Cet artiste très politique avait également conçu une installation d'uniformes de la police de Los Angeles en taille magnifiée, armes comprises, pour dénoncer les abus de pouvoir de l'autorité. Cette sculpture géante, «LAPD Uniform», avait d'ailleurs été créée en 1993 après les émeutes de Los Angeles à la suite de l'affaire Rodney King. (ats)

Ton opinion