Actualisé 23.08.2012 à 10:57

SyrieLe monde s'organise pour aider les insurgés

Le Premier ministre britannique David Cameron a téléphoné séparemment mercredi soir au président américain Barack Obama et au chef de l'Etat français François Hollande.

Les dirigeants ont parlé des moyens à mettre en oeuvre pour aider l'insurrection syrienne, a rapporté le 10 Downing Street. Jugeant un éventuel recours à des armes chimiques ou la menace de leur usage «complètement inacceptable», David Cameron et Barack Obama ont estimé qu'un tel événement les amènerait à «revoir leur approche» du conflit.

«Comme avec Hollande, le Premier ministre et Obama ont évoqué les moyens d'accroître le soutien déjà apporté à l'opposition de façon à mettre fin à la violence en Syrie et à ramener la stabilité», ont ajouté les services de Cameron.

Dans un communiqué, la Maison blanche souligne que cette conversation téléphonique a permis d'insister sur la nécessité d'élargir le soutien international à l'opposition à Bachar al-Assad.

Bombardements et violents combats à Alep

De violents combats opposaient jeudi les soldats aux rebelles dans les environs de la localité de Daraya près de Damas, où une mère et ses quatre enfants ont été tués, alors que la ville d'Alep était soumise à des bombardements, selon des militants.

Selon un bilan provisoire de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), 39 personnes ont péri dans les violences jeudi à travers la Syrie, où 19 cadavres ont par ailleurs été découverts dans la localité de Maadamiyat al-Cham près de Damas, et à Kafar Soussé, un quartier de la capitale.

La ville de Daraya, située 7 km au sud de Damas, est soumise à un violent bombardement aux obus de chars déployés à plusieurs barrages aux alentours de la ville que les troupes du régime tentent de prendre d'assaut, a précisé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Les rebelles tentent de défendre la localité et des combats violents avaient lieu au tour de Daraya, selon la même source.

Une mère et ses quatre enfants qui avaient fui les violences dans la localité voisine de Maadamiyat al-Cham ont péri dans les bombardements, a poursuivi l'ONG.

A Damas aussi

Des affrontements avaient également lieu dans le quartier de Hajar al-Assouad à Damas, également soumis à des bombardements de l'armée. Des rebelles ont lancé une attaque contre un barrage tenu par les militaires sur la route Deraa-Damas faisant «au moins dix morts ou blessés», selon l'ONG.

Dans la province de Damas, la localité de Rankous était la cible de tirs d'artillerie. A Alep, la grande métropole du Nord, l'armée syrienne, appuyée par des chars et l'aviation, a bombardé plusieurs quartiers rebelles et livré combat aux insurgés dans la ville ravagée par plus d'un mois de combats, selon des militants anti-régime.

Les quartiers de Sakhour, Tarik Al-Bab, Boustane al-Qasr et Al-Chaar ont été pilonnés tôt le matin et des combats ont eu lieu à Salaheddine, principal bastion rebelle, de même qu'à Seif al-Dawla, Souleimane al-Halabi et Hamdaniyé, a précisé l'OSDH.

Armée et rébellion avaient toutes deux affirmé avoir gagné du terrain à Alep, où l'armée avait lancé le 8 août une offensive pour déloger les rebelles de cette ville dont le contrôle est crucial pour les deux parties.

Dans la province d'Idleb (nord-ouest), la localité d'Ariha était soumise à un violent bombardement mené par des hélicoptères des troupes du régime, alors que dans la province de Hama (centre), cinq personnes ont été tuées lors de perquisitions menées par les troupes dans le village de Chizer, de même source.

La Chine offre de l'aide humanitaire aux réfugiés syriens

La Chine va fournir une aide humanitaire d'un montant de 30 millions de yuans (3,7 millions d'euros) aux Syriens réfugiés en Jordanie et au Liban, a rapporté jeudi l'agence Chine nouvelle.

Cette aide est offerte «pour témoigner les sentiments amicaux de la population chinoise envers la population syrienne», a indiqué l'agence officielle en assurant citer le ministère chinois des Affaires étrangères.

Les affrontements entre les opposants et le régime syrien s'accompagnent de l'une des pires crises humanitaires au monde, exacerbée par les attaques contre les travailleurs humanitaires, ont affirmé mardi des responsables américains.

«Il y a 2,5 millions de personnes nécessitant une aide humanitaire aujourd'hui en Syrie et 1,2 million ont dû quitter leurs maisons. A cette échelle, cela en fait l'une des pires crises humanitaires dans le monde», a déclaré David Robinson, responsable au Département d'Etat d'une direction spécialisée dans les flux migratoires.

Tout au long du soulèvement en Syrie, la Chine a fait preuve d'obstination dans son soutien au régime de Damas, refusant d'endosser les appels internationaux à exercer davantage de pressions sur Bachar al-Assad.

Moscou et Pékin ont bloqué au Conseil de sécurité trois projets de résolution occidentaux condamnant la répression orchestrée par le régime syrien.

En même temps Pékin dément catégoriquement prendre position pour le régime de Damas et contre l'opposition, en affirmant militer pour une solution acceptable pour toutes les parties. Pékin a en revanche accusé certains pays de saper une résolution politique de ce conflit. (ats/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!