Football – Le Mondial 2022 se fera sans l’Italie ou sans le Portugal
Publié

FootballLe Mondial 2022 se fera sans l’Italie ou sans le Portugal

Les deux nations ont été placées dans le même groupe des barrages et, si elles passent les demi-finales, l’une des deux sera privée de voyage au Qatar, l’an prochain.

Après avoir été poussée en barrages par la Suisse, l’Italie de Roberto Mancini a encore un long chemin pour espérer aller au Qatar.

Après avoir été poussée en barrages par la Suisse, l’Italie de Roberto Mancini a encore un long chemin pour espérer aller au Qatar.

AFP

L’Italie, championne d’Europe en titre, et le Portugal de Cristiano Ronaldo, vainqueur de l’Euro 2016, ont été versés, vendredi, dans la même «voie» des barrages du Mondial 2022, fin mars, et seront contraints de s’affronter pour la qualification, si les deux équipes franchissent leur demi-finale respective.

Lors du tirage effectué vendredi à Zurich, le pire scénario s’est dessiné pour la «Nazionale» et la «Seleçao», qui défieront respectivement la Macédoine du Nord et la Turquie, en demi-finales des barrages, avant une possible confrontation de haut vol entre les deux mastodontes européens, lors d’une alléchante finale.

Têtes de série lors de ce tirage faute d’avoir pu décrocher leur billet comme premier de groupe lors des qualifications, Italiens et Portugais avaient la garantie de recevoir lors des demi-finales de ces barrages. Mais ils espéraient éviter d’avoir à se croiser.

Au moins un champion passera à la trappe

Patatras: l’un des deux derniers champions d’Europe passera à la trappe d’ici à la Coupe du monde, dans un an au Qatar (21 novembre-18 décembre 2022), voire peut-être les deux tant le format choisi s’annonce périlleux et interdit la moindre défaite: les douze barragistes doivent s’affronter sous la forme de trois mini-tournois à quatre disputés sur matches secs, avec demi-finales puis finale.

Le Portugal a néanmoins hérité d’un léger avantage par rapport à l’Italie, car si l’équipe de Cristiano Ronaldo franchit l’obstacle turc, elle aura l’avantage de recevoir son adversaire en finale de la «voie» C des barrages.

Cela promet des duels sous haute tension alors que la «Nazionale» ressasse aujourd’hui le traumatisme d’il y a quatre ans, quand la Suède lui avait barré la route de la Coupe du monde en Russie lors des barrages, joués alors sous un autre format, en duels aller et retour (1-0, 0-0).

Et le Portugal peut aussi trembler, même si la «Seleçao» a l’expérience de ces rendez-vous sur un fil, s’étant qualifiée en 2010 et en 2014 par cette voie-là.

Lewandowski contre Ibrahimovic?

Dans la «voie» B, on pourrait assister à un joli duel de stars entre la Pologne de Robert Lewandowski et la Suède de Zlatan Ibrahimovic: les Polonais devront négocier une demi-finale en Russie, avant d’éventuellement recevoir les Suédois, qui accueilleront auparavant la République tchèque de Patrik Schick, quart-de-finaliste du récent Euro.

Enfin, dans la «voie» A, l’Écosse recevra l’Ukraine en demi-finales et le vainqueur de cette confrontation ira défier soit le pays de Galles de Gareth Bale, soit l’Autriche de David Alaba, opposés en demi-finale pour un duel entre stars du Real Madrid.

En zone Europe, outre ces trois billets attribués via les barrages, dix places ont déjà trouvé preneur, avec notamment la qualification de la France championne du monde en titre, de l’Allemagne ou de l’Espagne.

(AFP)

Ton opinion

47 commentaires