Rugby: Le Mondial à venir promet monts et merveilles
Actualisé

RugbyLe Mondial à venir promet monts et merveilles

Une Coupe du monde nouvelle se lève sur la planète ovale. Demain à Twickenham, dans le berceau anglais de ce sport, s'ouvrira une 8e grand-messe.

La France de Yohan Huget (à g.) défiera lItalie samedi. Demain, lAngleterre ouvrira les feux contre les Fidji.

La France de Yohan Huget (à g.) défiera lItalie samedi. Demain, lAngleterre ouvrira les feux contre les Fidji.

«Les stades, les équipes, plus de 2,4 millions de billets vendus... Cette Coupe du monde sera la plus grande de toutes», jure ainsi Bernard Lapasset, président français de World Rugby et grand ordonnateur de ce bal qui plonge une fois tous les quatre ans le monde du rugby dans la lumière.

Ramené de Nouvelle-Zélande, où les terribles All Blacks l'avaient entreposé dans leur vitrine, le trophée Webb-Ellis récompensant le champion du monde trônera demain à Twickenham, sous l'œil des Anglais et des Fidjiens, les premiers à entrer en lice (dès 21 h).

Parmi les 20 équipes engagées, jusqu'au 31 octobre, les Néo-Zélandais seront évidemment les grands favoris, avec la ferme intention d'écrire une nouvelle page de l'histoire de ce sport. Ils pourraient en effet devenir la première sélection à être couronnée trois fois, à conserver le titre suprême et, dans leur propre mythologie, deviendraient la première formation vêtue du maillot à la Fougère à décrocher une couronne mondiale loin du Pays du long nuage blanc.

Derrière se presse le petit bataillon de prétendants habituels, parmi lesquels l'Afrique du Sud, l'Australie et, évidemment, l'hôte anglais, habillé d'une pression monumentale. Le XV de la Rose de Stuart Lancaster succédera-t-il à la génération 2003 de Jonny Wilkinson, qui avait ramené pour la première et seule fois le trophée dans l'hémisphère Nord? La jeune garde anglaise devra d'abord se sortir d'une poule extrêmement relevée, avec des Wallabies en plein renouveau et les voisins gallois. (si)

Ton opinion