Actualisé

RugbyLe Mondial tient son premier exploit

Privée de succès en championnat du monde depuis l'édition 2003, l'Uruguay s'est surpassée mercredi au Japon pour surprendre Fidji.

Les Uruguayens, en bleu, ont terrassé les Fidjiens.

Les Uruguayens, en bleu, ont terrassé les Fidjiens.

AFP/Charly Triballeau

Le Mondial 2019 tient son premier exploit: l'Uruguay, équipe composée pour moitié d'amateurs et semi-professionnels, a terrassé les Fidji (30-27) mercredi à Kamaishi, ville japonaise ravagée par le tsunami de 2011.

«Je suis très fier de mon pays, pour mon pays». Le capitaine Juan Manuel Ganimara en a pleuré. Les Teros remportent leur première victoire en Coupe du monde depuis 2003, leur troisième toutes éditions cumulées. Et quelle victoire! Les Uruguayens ont résisté aux assauts de Fidjiens trop brouillons et qui ne s'attendaient certainement pas à une telle résistance: à la pause, ils venaient d'encaisser 3 essais.

Menés 24-12, les Fidjiens ont enfin cessé de prendre de haut leurs adversaires et joué plus simple, réduisant l'écart avec trois essais... non transformés, pour finalement échouer à 3 petits points après l'essai à la sirène de Nikola Matawalu.

Leurs plaquages manqués en première période (84% au total) et les points laissés en route par les buteurs Josh Matavesi (7) et Ben Volavola (4) leur ont été fatals face à une équipe nettement plus déterminée.

«Nous avons eu tout faux, s'est lamenté Dominiko Waqaniburotu, le capitaine fidjien. ce n'est pas le résultat que nous escomptions. Nous ne voulions pas jouer comme cela. Nous avons sous-estimé une très bonne équipe d'Uruguay».

Matavesi et Goneva en plein cauchemar

Battus samedi par l'Australie (39-21), les Océaniens voient les quarts de finale s'éloigner très sérieusement malgré leur double bonus, offensif et défensif. Qui l'eut cru quand Dolokoto aplatit après un coup de pied par-dessus de Veitokani (8e)?

Les 16.000 spectateurs du stade de Kamaishi, construit à l'emplacement de deux écoles détruites par le tsunami de 2011, ont vu les bolides fidjiens perdre pied au cours d'une première période catastrophique. Santiago Arata échappe à Matavesi, Radradra et Goneva pour filer à l'essai (14e); le même Goneva est poussé en touche avant l'essai de Diana (21e), puis refuse de réceptionner une chandelle (26e), ce qui entraîne in fine l'essai de Juan Manuel Cat...

Plaquages manqués, passes trop faciles et l'ouvreur Matavesi absent dans le jeu comme face aux perches (1/4): les Fidjiens n'y étaient pas et l'entrée du patron Ben Volavola n'a rien changé.

Le buteur a raté les deux transformations du doublé de Matawalu (66e, 80e 1) tandis que son vis-à-vis Felipe Berchesi a lui réussi deux pénalités décisives (60e, 75e) pour rendre l'exploit possible.

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!