Financement des études: Le montant total des bourses a chuté en 15 ans
Actualisé

Financement des étudesLe montant total des bourses a chuté en 15 ans

En 15 ans, le montant total des bourses allouées dans les cantons a diminué de 25% et ce, malgré une hausse constante du nombre d'élèves et d'étudiants.

L'an dernier, 303 millions de francs ont été distribués sous forme de bourses ou de prêts, indique jeudi l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Sur cette somme, 25 millions ont été subventionnés par la Confédération. Mais cette participation est elle aussi en diminution. En 1990, la subvention fédérale représentait 40% du montant global, en 2008, elle n'était plus que de 9%.

Un peu moins de 50 000 personnes suivant une formation postobligatoire ont touché une bourse en 2008, soit un taux de boursiers de 9%. Les étudiants des hautes écoles sont proportionnellement les plus soutenus, puisque 36% des boursiers et 48% de l'enveloppe relèvent des universités, des EPF et des hautes écoles spécialisées et pédagogiques. Les élèves et apprentis du degré secondaire II ont obtenu 44% de l'enveloppe globale.

Plus de 5000 francs

Dans les détails, les 50 175 bénéficiaires de bourses ont reçu en moyenne 5510 francs en 2008. Mais les cantons restent souverains dans les conditions d'octroi et les montants, les sommes varient donc fortement selon les régions.

Au niveau suisse, le niveau moyen d'une bourse semestrielle se situe à 3200 francs. Il atteint toutefois 3800 francs dans le canton de Zurich et est tout juste 1200 francs à Neuchâtel. A noter toutefois que Zurich accorde nettement moins de bourses que Neuchâtel (un habitant sur 310 contre un sur 105).

Les 30 et plus peu représentés

La plupart des boursiers ont moins de 20 ans (42%). Viennent ensuite les 20-24 ans (38%) et les 25-29 ans (14%). Les 30 ans et plus ne représentent que 6% des effectifs, mais certains cantons semblent plus ouverts à l'octroi d'aides aux trentenaires et plus. C'est le cas de Vaud, Bâle-Ville, Glaris et Zoug.

Parmi les bénéficiaires de bourses, 55% sont des de femmes et 45% des hommes et ils se partagent dans les mêmes proportions le montant global octroyé au niveau cantonal. «Si l'on tient compte du fait que la population scolaire et estudiantine des degrés secondaires II et tertiaires se compose d'hommes et de femmes dans une proportion inverse (46% de femmes et 54% d'hommes), on peut déduire que les femmes sont légèrement surreprésentées parmi les bénéficiaires des bourses d'études», précise l'OFS.

(ap)

Ton opinion