Le Montreux Jazz a attiré 250'000 personnes

Publié

FestivalLe Montreux Jazz a vécu une édition historique

La 56e édition du festival, du 1er au 16 juillet 2022, a été un succès sur toute la ligne. Elle a attiré 250’000 personnes.

par
Julien Delafontaine
1 / 26
Mitski – Lab

Mitski – Lab

Montreux Jazz Festival/Lionel Flusin
Years & Years – Lab

Years & Years – Lab

Montreux Jazz Festival/Marc Ducrest
Marc Rebillet – Lab

Marc Rebillet – Lab

Montreux Jazz Festival/Lionel Flusin

Difficile de faire mieux: 250’000 festivaliers, 16 jours de soleil, du jamais vu depuis 2003, 17 soirées complètes (10 au Stravinski et 7 au Lab, les deux salles payantes du festival) et un taux de remplissage de 85% pour le volet payant. «C’est une édition historique», s’est réjoui Mathieu Jaton.

Le directeur du Montreux Jazz, en se remémorant devant les journalistes une kyrielle de souvenirs de concerts et de «rencontres incroyables» en coulisses, comme celle entre Shania Twain et Alison Krauss, «les reines du country et du bluegrass qui, à elles deux, comptabilisent plus de grammies que n’importe quel autre artiste», n’a pu retenir son émotion. «Je suis un émotif. Je mets tellement de passion et d’amour dans ce festival, qu’au moment où je vous parle, je pensais à mes équipes et à comment elles ont cravaché dur pour qu’on en arrive là. Ça m’a fait verser une larme. On a bossé sans filet. On a amené énormément de nouveaux lieux, de nouvelles scènes, sans savoir comment les festivaliers allaient réagir. Aujourd’hui, se rendre compte que tout a si bien fonctionné, cela me touche profondément», nous a-t-il expliqué par la suite.

Le budget du Montreux Jazz, environ 27 millions de francs, sera équilibré. Mathieu Jaton a le sourire, aussi parce que sa manifestation a réussi à séduire un nouveau public. «Sur les scènes gratuites, on a misé sur les talents émergents. C’est clairement un investissement pour le futur, pour renouveler nos festivaliers. Idéalement, si on a 60% de personnes fidèles et 40% de personnes qui découvrent l’événement, le pari est gagné. Je n’ai pas les chiffres, mais d’après les échos que j’ai, on a réussi. D’autant plus que le Lab a également fonctionné super bien. Les deux soirées payantes de hip-hop francophone avec Luidji, Laylow et Ziak et Oboy, c’était tout simplement de la folie», a-t-il confié.

Autre motif de satisfaction, «la magie Montreux se perpétue». Mathieu Jaton de citer: «Thom Yorke a écrit une chanson pour le festival et le rappeur Stormzy a conçu un concert de gospel-soul sur mesure pour notre date». Il s’est dit également touché qu’une nouvelle génération d’artistes, dont Paolo Nutini, Woodkid ou Ibrahim Maalouf, «s’attache au Montreux Jazz».

Et quid de 2023? «Quand on voit les problèmes géopolitiques, d’approvisionnement en énergie, des coûts qui augmentent, et tout ça, on doit rester objectif. Sans tomber dans la dramaturgie, on doit avoir conscience du monde qui nous entoure. Pour monter 2023, on ne partira pas de cette édition 2022 en disant que c’était trop bien et qu’on va faire du copié-collé», a temporisé encore le directeur.

Ton opinion

69 commentaires