Actualisé 16.10.2012 à 16:58

Vaud

Le mort de Cronay toujours anonyme

L'identification d'un cadavre retrouvé il y a plus d'un mois n'a rien donné. Les fichiers ADN des polices européennes sont sollicités.

de
Christian Humbert

«C'est incroyable!» Philippe Jaton, porte-parole de la police vaudoise, n'en revient pas de devoir en arriver là: la dernière chance d'identifier le barbu retrouvé mort dans un bois de Cronay, près d'Yvonnand, le 2 septembre dernier, se trouve à l'étranger. Plus précisément dans les fichiers des polices européennes. «Nous recherchons un profil ADN d'un parent proche permettant de remonter à lui», poursuit le porte-parole.

Retour en arrière. L'affaire a été rendue publique à la mi-septembre. La police cantonale diffusait le portrait d'un homme maigre, de type européen, âgé de 50 à 60 ans, retrouvé mort. Il était vêtu normalement, «comme Monsieur tout le monde», complète Philippe Jaton. Le hic? Il n'avait ni argent ni papier sur lui.

Les recherches ont, depuis, permis d'exclure l'intervention d'un tiers dans sa mort. De même qu'il est aujourd'hui certain que l'homme ne vivait pas dans la forêt. Inconnu des polices suisses et voisines, de même que de la justice, l'anonyme n'était pas signalé disparu et n'a été réclamé par personne. Les enquêteurs vaudois se sont donc tournés vers leurs homologues européens. Jusqu'ici en vain.

En attendant, le corps de l'inconnu restera encore plusieurs mois dans les frigos du centre universitaire de médecine légale. Une décision de justice décidera de son sort. S'il devait ne jamais être identifié, le barbu de Cronay entrerait dans les annales judiciaires vaudoises. De mémoire de policier, il s'agirait d'une première.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!