Genève: Le moteur de recherche Qwant drague les Suisses
Publié

GenèveLe moteur de recherche Qwant drague les Suisses

Alternative à Google, la solution franco-allemande débarque avec des serveurs basés à Uri.

par
laf

Le moteur de recherche Qwant.ch affiche désormais du contenu pour les Suisses, dans l'une des trois langues nationales de leur choix. Sur l'interface romande, les adresses françaises encore visibles vont rapidement laisser place à leurs équivalentes helvétiques au fil de l'utilisation du service, promet son patron Eric Léandri.

Créée en 2013, la solution franco-allemande se démarque de Google et Bing (Microsoft) en ne gardant aucune trace de ses visiteurs comme les fameux «cookies». «Internet est un très bel outil, mais il y règne un manque d'éthique», déplore Eric Léandri. Le Corse stigmatise les géants américains qui biaisent les résultats de recherche à des fins mercantiles et enferment les internautes dans leur «univers».

Pour faire une recherche vraiment incognito, il faut utiliser le moteur de recherche Qwant avec le navigateur Firefox. La protection contre le pistage va au-delà d'une recherche en mode de navigation privée ou du moteur DuckDuckGo, spécialisé dans le respect de la vie privée, mais dépendant des services d'Amazon. «Nous sommes un vrai moteur de recherche, relève Eric Léandri. Nous indexons l'ensemble du Web avec notre propre système».

La société a été encore plus loin, en réservant aux internautes suisses des serveurs dans leur pays via la firme uranaise Deltalis. Et donc d'être soumis à la législation suisse.

Grandes ambitions

Grandes ambitions

Qwant vise d'ici 2 ans entre 5 et 10% de part de marché en Europe. Il revendique près de 40 millions de visiteurs différents par mois. Financée notamment par le groupe de presse allemand Axel Springer et de la Caisse des Dépôts française, la firme devrait passer de 60 à 150 employés d'ici la fin de l'année, dont l'ouverture d'une filiale en Suisse dans un lieu encore à déterminer. Son modèle d'affaires est basé sur une filiation «à l'ancienne». Une commission est prise après un clic sur un résultat de recherche renvoyant sur un site marchand.

Ton opinion