Dérapage de Jean-Marie Le Pen: Le MRAP étudie les «suites judiciaires» à donner
Actualisé

Dérapage de Jean-Marie Le PenLe MRAP étudie les «suites judiciaires» à donner

Le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) a annoncé mercredi étudier les «suites judiciaires» à donner aux propos de Jean-Marie Le Pen, qui a réaffirmé le même jour devant le Parlement européen que les chambres à gaz étaient «un détail de l'histoire».

Condamné à plusieurs reprises pour avoir tenu de tels propos, le président du Front national a récidivé mercredi. «Je me suis borné à dire que les chambres à gaz étaient un détail de l'histoire de la seconde guerre mondiale, ce qui est une évidence», a-t-il affirmé en réponse au président du groupe socialiste au Parlement européen, Martin Schultz.

«Par cette nouvelle provocation, Jean-Marie le Pen confirme et valide la nature antisémite et négationniste du Front national», souligne le MRAP dans un communiqué.

«Ces propos sont d'autant plus graves qu'ils ont été tenus sciemment, alors que le leader d'extrême droite» âgé de 80 ans «est au centre d'une polémique au Parlement européen sur la possibilité qu'il en préside la prochaine session inaugurale» en tant que doyen, ajoute le MRAP.

«Estimant que ces propos relèvent manifestement, une fois de plus, d'une volonté de contester les crimes contre l'humanité», le mouvement antiraciste «étudie dès à présent les suites judiciaires à donner à cette affaire».

Le député socialiste européen Harlem Désir a également dénoncé les propos du président du FN. «En qualifiant de nouveau, cette fois dans l'enceinte du Parlement européen, les chambres à gaz dans lesquelles six millions de juifs ont été tués de 'détail de l'histoire de la seconde guerre mondiale' Jean-Marie Le Pen s'est livré à une provocation indigne et absolument intolérable», a-t-il souligné dans un communiqué.

Martin Schultz, a ajouté Harlem Désir, «a eu raison non seulement de proposer une modification du règlement intérieur pour que M. Le Pen ne puisse pas présider comme doyen d'âge la séance inaugurale de la prochaine mandature du Parlement, mais également de demander une réunion exceptionnelle du bureau pour prendre des sanctions immédiates». (ap)

Ton opinion