Ski alpin- Suisse: Le mystère du matériel des descendeurs

Actualisé

Ski alpin- SuisseLe mystère du matériel des descendeurs

Après la déroute de Wengen, Défago et Zurbriggen ne savent toujours pas pourquoi ils perdent du temps sur les portions de glisse.

par
Jean-Philippe Pressl-Wenger
Défago était largué après 40 secondes de course et une portion où le matériel peut faire la différence.

Défago était largué après 40 secondes de course et une portion où le matériel peut faire la différence.

Les deux Valaisans sont à la peine en descente. Ils égarent énormément de temps sur les parties où il faut laisser aller les skis. Cela a été le cas à Wengen, samedi, dans la première partie de course. En un peu plus de 40 secondes dans le Lauberhorn, Didier Défago a perdu 83 centièmes sur Andrej Sporn, alors en tête. Silvan Zurbriggen, lui, en a concédé 79. Détail piquant: l'Italien Christof Innerhofer, vainqueur samedi, court sur la même marque de skis que Défago et Zurbriggen.

La préparation du matériel serait-elle en cause? Probablement pas. D'une part, Augusto Gillio, qui est aux côtés de Didier Défago depuis de nombreuses années, connaît son travail sur le bout des doigts. Le doublé Wengen-Kitzbühel et le titre olympique ont aussi été glanés grâce à lui. D'autre part, malgré la fusion des deux principales marques de fart présentes en Coupe du monde, les produits à disposition pour traiter les lattes sont restés les mêmes. De quoi épaissir encore le mystère.

Au terme de la plus longue descente du Cirque blanc, les deux Suisses ont peiné dans l'analyse. «Je ne comprends pas, a lâché un Zurbriggen désabusé. J'avais l'impression de bien skier, sans erreur.» De son côté, Défago s'est montré prudent: «Il faudra regarder la vidéo. Pour voir s'il n'y avait pas un peu de vent. Huit dixièmes, ça fait beaucoup.» Avant d'attaquer Kitzbühel et sa Streif, l'équation de la glisse reste donc sans solution.

Ton opinion