Actualisé 05.12.2019 à 10:58

SuisseLe National coupe dans les dépenses d'asile

Le National a pris jeudi ses premières décisions dans le cadre de l'examen du budget 2020 de la Confédération.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration.

Keystone

Avec l'aval d'Ueli Maurer, les députés ont tacitement accepté de réduire de 27 millions de francs les frais d'exploitation des centres fédéraux pour requérants d'asile. Ils ont également soutenu une coupe de 12,8 millions de francs dans les prestations d'aide sociale destinées aux requérants d'asile, aux étrangers admis à titre provisoire et aux réfugiés.

Le Secrétariat d'Etat aux migrations doit tenir compte de la baisse des demandes d'asile attendue en 2020, a expliqué Jacques Nicolet (UDC/VD) au nom de la commission. Ils ont par contre refusé, par 106 voix contre 84, de toucher au budget alloué à l'aide au développement. Peter Keller (UDC/NW) aurait voulu réduire de 10 millions de francs l'enveloppe pour la coopération internationale au développement.

Soutenue par le PVL, le PS et les Verts, Barabara Gysi (PS/SG) a plaidé en vain pour un supplément de 131,5 millions de francs. Mattea Meyer (PS/ZH) a rappelé mercredi que le Parlement a lui même décidé en 2011 d'investir 0,5% du PIB pour le développement à la coopération.

La Suisse a doublé sa contribution pour les pays en voie de développement ces dix dernières années, a pour sa part rappelé Albert Vitali (PLR/LU). Heinz Siegenthaler (PBD/BE) ne voit aucune raison d'augmenter ou de réduire le budget.

Activités extrascolaires

A l'instar du Conseil des Etats, les députés ont facilement attribué 4 millions de plus pour l'encouragement des activités extrascolaires des enfants et des jeunes. Seule l'UDC s'y est opposée. La Confédération n'a qu'un rôle subsidiaire en la matière, a souligné Sandra Sollberger (UDC/BL).

La gauche a été recalée sur la question de la santé. Samuel Bendahan (PS/VD) aurait voulu doubler de 25 à 50 millions de francs la contribution à la prévention et à la protection de la santé. Les moyens alloués suffisent, ont estimé les députés par 126 voix contre 66. L'UDC aurait voulu supprimer ce poste.

Une meilleure politique de prévention permet de réduire les dépenses de la santé alors que celles-ci augmentent chaque année, a critiqué le Vaudois. Investir quelques millions de plus permet de créer un avenir financier meilleur pour la Confédération et pour l'humain.

Par 126 voix contre 66, les députés ont aussi refusé de toucher au budget du Bureau fédéral de l'égalité. Selon Samuel Bendahan, les moyens alloués ne permettent pas au bureau de réduire réellement les inégalités entre hommes et femmes.

Appel à la prudence

Le budget présenté par le gouvernement prévoit 75,666 milliards de recettes et 75,231 milliards de dépenses. Soit un excédent de 435 millions de francs. Mardi, la Chambre des cantons s'est montrée plus dépensière. Elle a libéré 122,3 millions de francs supplémentaires.

Malgré l'excédent prévu, le ministre des finances et l'UDC ont appelé à la prudence. Plusieurs réformes sont prévues ces prochaines années et la situation deviendra désagréable dès 2022, a prévenu Ueli Maurer. Si elle ne veut pas «jeter de l'argent par les fenêtres», la gauche estime que certaines dépenses sont nécessaires, surtout celles qui bénéficient à la population.

Le débat se poursuit avec l'agriculture. Le Conseil national prendra ses dernières décisions lundi et se prononcera notamment sur le personnel fédéral. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!