Armée: Le National ne veut pas économiser en 2017
Actualisé

ArméeLe National ne veut pas économiser en 2017

Le gel du projet de défense sol-air devrait permettre de dégager de l'argent pour d'autres achats militaires.

Par 126 voix contre 63, le National a adopté mercredi une motion demandant qu'il n'y ait pas de solde de crédit en 2017. Le Conseil des Etats doit encore se prononcer.

Le ministre de la défense Guy Parmelin a décidé de geler le projet de défense sol-air, initialement prévu dans le programme d'armement 2017. Sa suspension provisoire libère un crédit d'environ 700 millions de francs environ, dont l'incidence financière dans les années 2018 à 2020 se monte à une somme entre 250 et 300 millions.

Exigeant que le budget annuel de l'armée soit maintenu à 5 milliards de francs comme l'a réclamé le Parlement à plusieurs reprises, la majorité de droite demande de trouver d'autres projets pour l'année prochaine. Le gouvernement devrait présenter un programme d'armement prévoyant que les fonds alloués à l'armement puissent être intégralement utilisés.

L'armée doit impérativement être modernisée pour être à la hauteur de ses tâches, a fait valoir Roger Golay (MCG/GE) au nom de la commission. Il y a vraiment un retard à rattraper notamment dans la force de feu, a jouté Jakob Büchler (PDC/SG).

La gauche et les Vert'libéraux ne l'entendaient pas de cette oreille. On ne peut pas inventer des projets d'un jour à l'autre, a critiqué Beat Flach (PVL/AG), rappelant la récente polémique sur l'achat des camions militaires Duro. Et de souligner que la situation financière de la Confédération appelait à la retenue concernant les dépenses.

Oui mais....

Le Conseil fédéral reconnaît que les moyens mis à disposition de l'armée pour des investissements devraient servir majoritairement à des acquisitions d'armement. Mais il refuse de réduire sa marge de manoeuvre à la seule année 2017. Après le refus de l'avion de combat Gripen, plusieurs projets ont d'ailleurs déjà été avancés.

Pour ce qui est du gel du projet de défense sol-air, des travaux sont en cours. La planification de l'armement est en train d'être adaptée de sorte que, pour la période de 2017 à 2020, d'autres projets puissent se répercuter sur les dépenses. Mais il est encore trop tôt pour trancher définitivement, selon Guy Parmelin. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion