Budget fédéral 2011: Le National réduit l'aide au développement
Actualisé

Budget fédéral 2011Le National réduit l'aide au développement

La Suisse pourrait réduire l'aide au développement de quelque 134 millions de francs en 2011.

Le Conseil national a coupé mardi dans l'enveloppe de la DDC et du Secrétariat à l'économie (SECO). Des propositions plus extrêmes ont été refusées.

La Direction du développement et de la coopération (DDC) devrait se contenter de près de 573 millions l'an prochain. Par 95 voix contre 92, la majorité de droite a taillé 100 millions dans les moyens destinés à des projets dans le domaine de l'eau et du climat.

L'enveloppe du SECO pour l'aide économique aux pays en développement devrait passer de 170 à 136 millions. La gauche s'est emportée en vain contre ces économies sur le dos des plus pauvres.

A ce rythme, la Suisse ne parviendra jamais à porter, comme prévu, l'aide au développement à 0,5% du revenu national brut, se sont indignés plusieurs orateurs du camp rose-vert. La conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf a abondé elle aussi en ce sens.

Malgré la coupe de 134 millions, les moyens dévolus aux pays pauvres augmenteront par rapport à cette année, a justifié Markus Hutter (PLR/ZH) au nom de la commission. La hausse des dépenses pour les relations internationales atteint 8,1%, soit nettement plus que d'autres secteurs-clé.

Sus aux autres coupes

Dans la foulée, le conseil a refusé plusieurs tentatives de torpillage de l'UDC et de l'UDF. Exit ainsi l'idée de comprimer de 54 millions les fonds destinés à la cohésion des nouveaux Etats membres de l'Union européenne.

La Chambre du peuple n'a pas non plus voulu réduire de 85 millions les contributions aux organisations internationales au nom de la baisse des cours de l'euro et du dollar. Les autres orateurs ont considéré qu'il s'agissait là d'une excuse de l'UDC pour tailler dans les fonds.

Pas question d'augmenter l'aide alimentaire en produits laitiers au détriment du soutien à des actions humanitaires, comme le proposait Jean-Pierre Grin (UDC/VD).

Première entorse

Pour le reste, la majorité a fait la première entorse au cours restrictif prôné par la commission des finances. Par 98 voix contre 76, elle a augmenté de 290'500 francs les moyens à disposition des commissions de gestion. Leur secrétariat devrait ainsi pouvoir se doter de 6,6 emplois supplémentaires l'an prochain, au lieu des 2,8 prévus. (ats)

Ton opinion