Le naufrage a fait capoter un meurtre presque parfait
Actualisé

Le naufrage a fait capoter un meurtre presque parfait

Le Français dont le corps a été retrouvé ligoté dans l'épave de son trimaran au Portugal a bien été victime d'un meurtre.

Selon le scénario établi par les enquêteurs, André Le Floc'h a été tué à quelques milles de la côte par un couple de compatriotes après avoir été victime d'une manœuvre de séduction de la part de la femme. Corinne Caspar, 48 ans, avait approché le retraité nantais de 67 ans trois ou quatre jours avant le naufrage.

Elle était montée à bord «plusieurs fois» et avait dîné avec lui dans le but de gagner sa confiance, et c'est seulement après avoir réussi à établir «une certaine intimité» qu'elle lui avait présenté Thierry Beille, 51 ans, comme étant son frère, et lui avait proposé d'effectuer une croisière.

Le couple, qui continue de clamer son innocence, ont été recueilli en mer au lendemain du naufrage du voilier, survenu le 17 août à l'extrême sud du pays. L'enquête a établi qu'il s'agit d'un crime soigneusement planifié. Le skipper a été retrouvé pieds et poings liés et lesté de plomb. Les inculpés «savaient ce qu'ils faisaient» et «avaient tout prévu» – sauf le naufrage – a indiqué la police.

En l'absence de mobile établi, la police estime que les deux inculpés avaient l'intention d'extorquer de l'argent à la victime ou de voler le trimaran, acheté en 2002 pour 100 000 euros. L'examen d'un téléphone portable, retrouvé dans l'épave avec leurs sacs à dos, a permis de reconstituer leur emploi du temps des jours précédants le meurtre et d''établir les contacts qu'ils avaient eus.

(frs/afp)

Ton opinion