Près de la Corée du Nord: Le navire de guerre coule: 46 disparus
Actualisé

Près de la Corée du NordLe navire de guerre coule: 46 disparus

Un navire de la marine sud-coréenne a coulé vendredi à proximité de la frontière avec la Corée du Nord.

Cet accident fait suite à une explosion d'origine encore indéterminée, a-t-on appris de source militaire sud-coréenne. Cinquante-huit des 104 marins qui étaient à bord ont été sauvés.

Le gouvernement a immédiatement convoqué une réunion d'urgence. Mais «à l'heure qu'il est, il n'est pas établi que la Corée du Nord soit impliquée» dans cet incident, a assuré Kim Eun-Hye, porte- parole de la présidence sud-coréenne. Il a ajouté que le président Lee Myung-Bak avait ordonné de faire le maximum pour sauver l'équipage.

L'agence de presse sud-coréenne Yonhap avait initialement affirmé qu'un navire sud-coréen avait ouvert le feu sur un objet non identifié dans la zone de l'incident. Un porte-parole de l'état- major a par la suite indiqué que l'objet visé était en fait un vol d'oiseaux.

La navire de 1400 tonnes a coulé entre 21h00 et 22h00 heure locale (entre 13h00 et 14h00 heure suisse) près de l'île de Baengnyeong, en mer Jaune, après une explosion d'origne encore indéterminée vers la poupe du bâtiment. Une source militaire a indiqué que le bâtiment, le Cheonan, avait été transpercé à la poupe près de l'hélice.

Plusieurs causes possibles

«Il est important d'établir la vérité, mais il est encore plus important de sauver nos marins», a déclaré le président sud-coréen dont les propos étaient rapportés.

L'agence Yonhap, citant une source gouvernementale, a indiqué que l'enquête examinait plusieurs causes possibles du naufrage: une attaque par un torpilleur nord-coréen, une mine posée par la Corée du Nord ou une explosion de munitions à bord du navire.

La télévision sud-coréenne YTN, citant un responsable de la présidence sous couvert d'anonymat, a indiqué que le bâtiment se trouvait très au sud de la frontière et qu'il était peu probable que des navires nord-coréens se soient trouvés dans cette zone.

Pyongyang menace

Plus tôt vendredi, un porte-parole de l'état-major de l'armée nord-coréenne, cité par l'agence de presse officielle KCNA, avait accusé Séoul et les Etats-Unis de vouloir renverser le régime stalinien.

«Ceux qui cherchent à abattre la République populaire démocratique de Corée tomberont sous les frappes nucléaires sans précédent de l'armée invicible», avait averti cette source

Les relations intercoréennes se sont considérablement dégradées depuis l'arrivée au pouvoir en février 2008 du président sud-coréen Lee Myung-Bak, un conservateur partisan d'une ligne intransigeante à l'égard du voisin communiste.

La zone de la mer Jaune entre les deux Corées est régulièrement le théâtre d'incidents entre les marines des deux voisins. Cette démarcation maritime entre les deux pays, théoriquement toujours en guerre faute de traité de paix mettant fin au conflit de 1950-53, n'a jamais été reconnue par le Nord. Depuis 1999, les escarmouches ont fait plusieurs dizaines de morts dans cette zone.

(ats)

Ton opinion