Actualisé

Le nazisme avait quand même ses «bons côtés»

Un député d'extrême droite nouvellement élu au parlement autrichien a souligné mercredi les «bons côtés» du nazisme à la télévision nationale.

Ses propos ont provoqué une vague d'indignation au sein de la classe politique.

«Bien entendu que le nazisme a eu des bons côtés, seulement nous ne voulons plus les voir aujourd'hui», a déclaré cet élu, Wolfgang Zanger, lors de l'émission Report mardi soir, estimant qu'Adolf Hitler avait «donné de l'espoir aux gens» en faisant notamment construire des autoroutes.

Ces propos ont été jugés «scandaleux» par le secrétaire gérénal du parti conservateur ÖVP Reinhold Lopatka et «inacceptables» par la présidente du parlement Barbara Prammer (sociale-démocrate, SPÖ), les Verts demandant pour leur part la démission du député.

Issu d'une corporation étudiante pan-germaniste, M. Zanger, un Styrien (sud) de 37 ans, est entré au parlement lors des élections législatives du 1er octobre sous l'étiquette du FPÖ, l'ancien parti de Jörg Haider.

Cette formation a catégoriquement rejeté mercredi l'idée d'un retrait de ce député, tout en précisant qu'il n'intégrerait finalement pas une commission d'enquête parlementaire conjointe avec les SPÖ et les Verts devant être créée le même jour.

Les propos de M. Zanger interviennent après plusieurs dérapages pro-nazis de parlementaires d'extrême droite en Autriche. Un sénateur FPÖ, John Gudenus, avait été contraint à la démission après avoir mis en cause l'existence des chambres à gaz en avril 2005.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!