Le neuromarketing épie votre cerveau
Actualisé

Le neuromarketing épie votre cerveau

PARIS – Les neurosciences permettent aux publicitaires de prédire les réactions du cerveau et de l'influencer.

L'agence publicitaire PHD va ouvrir une filiale en Suisse qui proposera les techniques de neuromarketing. De quoi s'agit-il? En utilisant le scanner IRM, (Imagerie à résonance magnétique), des chercheurs anglais ont déterminé de 2004 à 2005 les zones du cerveau qui réagissent à une publicité diffusée par la télévision, la radio, le cinéma, le Web ou la presse écrite. «Nous pouvons ainsi conseiller le média adéquat selon que l'annonceur souhaite créer une émotion ou adresser un message au cortex préfrontal, siège de l'analyse rationnelle», confie Christophe Brossard, directeur général de PHD France. Cela permet d'optimiser l'impact d'une campagne.» La société Impact Mémoire, à Paris, peut prédire l'inscription d'un message dans la mémoire à long terme. «Les sciences cognitives permettent d'ajuster un message pour le rendre plus efficace à long terme, et cela sans avoir à interroger un large panel de consommateurs», explique Anne-Cécile Tiberghien, directrice commerciale. L'activation de circuit neuronaux intéresse aussi les fabricants automobiles, qui utilisent déjà l'IRM pour tester de nouveaux modèles.

Giuseppe Melillo

Ton opinion