Actualisé 06.08.2014 à 11:01

Grande-BretagneLe nom de 373 enfants tués à Gaza publié

Le nom et l'âge de 373 enfants tués à Gaza lors de l'intervention israélienne ont été publiés mercredi sur une pleine page au fond noir achetée par une ONG dans les principaux quotidiens britanniques.

Titré «A la mémoire des 373 enfants tués à Gaza», en référence aux chiffres communiqués par les Nations unies et le ministère palestinien de la Santé d'enfants décédés entre le 8 juillet et le 3 août, cette page de publicité payée par l'ONG a été publiée dans le Guardian, le Times, le Daily Telegraph et l'Independent. «Voir le nom des enfants, dont certains n'étaient âgés que de quelques mois, écrit en blanc sur fond noir ramène à la maison la tragédie qui s'est abattue sur les enfants de Gaza», selon Justin Forsyth, le PDG de Save The Children.

«La mort d'un enfant est déjà de trop, celle de 373 est une atrocité qui entache la conscience du monde», a-t-il ajouté. «Aidez-nous à garantir que ce sont les derniers», écrit l'ONG sous la liste des noms, appelant à «un cessez-le-feu permanent». «Pour le bien des enfants et de leurs familles, nous espérons que ce cessez-le-feu va tenir. C'est absolument nécessaire, parce que les services essentiels à Gaza ont été complètement détruits et nous avons du mal à atteindre les enfants les plus vulnérables victimes de ce conflit», a déclaré dans un autre communiqué David Hassell de l'ONG britannique.

«72 heures ne suffisent pas pour faire face à l'ampleur des destructions et des besoins humanitaires», a-t-il martelé. «A plus long terme, nous avons besoin d'un accord de paix qui défende la dignité et la sécurité des Israéliens et des Palestiniens et qui inclut la fin du blocus pour permettre à Gaza de commencer à se remettre», a-t-il appelé de ses voeux. Selon le ministère palestinien de la Santé, cette guerre a fait 1875 morts dont 430 enfants et adolescents et 243 femmes. Côté israélien, 64 soldats et trois civils ont péri.

L'Egypte entame sa médiation pour une trêve durable

D'autre part, des responsables égyptiens ont rencontré au Caire une délégation israélienne. Ils devaient relayer mercredi ses exigences aux négociateurs palestiniens, dans le cadre des pourparlers en vue d'une trêve durable à Gaza au delà du cessez-le-feu de 72h en vigueur depuis mardi.

Ce cessez-le-feu, obtenu grâce aux médiations égyptienne et américaine, est entré dans son second jour et aucun combat n'a été signalé pour l'heure dans la bande de Gaza.

L'armée israélienne s'est totalement retirée de l'enclave palestinienne mardi, près d'un mois après le début d'une nouvelle offensive qui a fait, selon le ministère palestinien de la Santé, 1875 tués, dont 430 enfants et adolescents et 243 femmes. Côté israélien, plus de 60 soldats et trois civils ont péri.

Des médiateurs égyptiens ont rencontré dans la nuit des négociateurs israéliens tout juste arrivés au Caire et devaient s'entretenir «dans la journée» de mercredi avec la délégation palestinienne pour l'informer des exigences israéliennes, ont souligné à l'AFP des négociateurs palestiniens sous couvert de l'anonymat.

Palestinien pas content

La délégation palestinienne intègre le mouvement Hamas qui contrôle la bande de Gaza et est la principale cible de l'Etat hébreu. Selon les mêmes sources, les Palestiniens livreront ensuite leurs exigences aux médiateurs, des hauts responsables des services du renseignement égyptien.

Or, dans la nuit, un des chefs du Hamas et membre de la délégation a catégoriquement rejeté une des conditions posées par les Israéliens pour une trêve prolongée: le désarmement des combattants du Hamas et autres groupes armés dans la bande de Gaza. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!