Actualisé

Grippe saisonnière et grippe A vont se télescoperLe nombre de malades devrait doubler

Alors que la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière vient de débuter, la menace d'une pandémie de grippe A brouille quelque peu les cartes. Mais les autorités se veulent rassurantes.

par
Thomas Piffaretti/cam

Outre chausser ses pneus neige et ressortir le gros pulls de la cave, un autre réflexe accompagne l'arrivée imminente de l'hiver. La vaccination contre la grippe fait en effet partie, pour les populations à risque, des automatismes à avoir dès les premières gelées. Mais cette année, ces bonnes habitudes seront-elles chamboulées par la pandémie annoncée de grippe A?

«Il n'y a pas d'indices qui nous laissent penser que cette saison soit autre chose qu'une saison habituelle», répond Éric Masserey, médecin cantonal adjoint au Département vaudois de la santé. Mais il concède que la présence attendue du virus A/H1N1 devrait brouiller les cartes. L'étude du comportement de la maladie dans l'hémisphère sud a été riche en enseignements. On sait que les deux virus cohabitent très bien, «mais on ne nourrit pas d'inquiétudes particulières», précise-t-il.

Davantage de personnes devraient être malades

En revanche, et conséquence du télescopage des deux virus, le nombre de personnes présentant des symptômes grippaux devrait toutefois passer de 5 à 10% de la population pour une année normale, à près de 25%, à en croire les projections à disposition du médecin cantonal adjoint.

Par contre, si les deux virus cohabitent, il n'ont pour le moment pas partagé de matériel génétique. Les deux grippes ont donc un comportement bien distinct. Et les groupes de population susceptibles de contracter l'une ou l'autre maladie restent également différents. Pour la grippe saisonnière, ce sont avant tout les personnes âgées de plus de 65 ans qui sont considérées à risque. Tandis que pour le virus A/H1N1, les jeunes enfants et les femmes enceintes sont touchés en premier.

Une campagne de vaccination anticipée

Seul ajustement prévu cette année, les autorités conseillent d'anticiper sa vaccination pour la grippe saisonnière. Le télescopage des deux grippes fait en effet craindre une surcharge des cabinets médicaux et des hôpitaux. C'est pour cette raison qu'Éric Masserey espère que la Journée nationale de vaccination contre la grippe saisonnière, le 6 novembre prochain, marquer la fin de la campagne de vaccination.

À noter que le vaccin contre la grippe A sera mis en circulation ses prochaines jours. Pour le moment, les services d'Éric Masserey n'ont pas suffisamment d'éléments à leur disposition pour déterminer comment les deux vaccins interagissent entre eux. De même, il est trop tôt, selon le médecin cantonal, pour se prononcer sur la pertinence pour une personne de se voir administrer les deux produits.

Grippe porcine

«La vaccination devrait commencer début novembre»

La campagne de vaccination contre la grippe porcine devrait commencer début novembre, selon l'office fédéral de la santé publique (OFSP). D'ici-là, Swissmedic devrait avoir donné son feu vert. «Nous sommes en train de finaliser les autorisations», indiquait vendredi Urs Kopp, responsable des autorisations à l'Institut suisse des produits pharmaceutiques (Swissmedic). Celles-ci devraient être délivrées d'ici la fin du mois. Elles portent sur les deux vaccins de Novartis et sur celui développé par GlaxoSmithKlein (GSK). Des essais cliniques sont en cours et Swissmedic attend encore des données des compagnies pharmaceutiques.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!