Le nouveau Garou dans l'air du temps
Actualisé

Le nouveau Garou dans l'air du temps

Une équipe efficace autour d'un album qui l'est tout autant.

Qui aurait pu imaginer que cet homme enlaidi, courbé, à la voix sombre et cassée, courtisant Esmeralda dans la comédie musicale «Notre-Dame-de-Paris», devienne ce chanteur si populaire et séduisant, au dire de ces dames? Eh bien c'est certainement Luc Plamandon! En effet, le parolier repère en 1997, sur une petite scène québécoise, Pierre Garand, déjà surnommé «Garou», alors qu'il joue avec son groupe, les Intouchables. Plamandon perçoit immédiatement au travers de la prestation plutôt enjouée tout son potentiel.

Garou, qui est toujours produit par René Angélil, le mari de Céline Dion, nous livre douze nouvelles chansons, toutes originales, composées comme à son habitude par plusieurs musiciens de renom: Plamandon, Goldman, mais aussi Jacques Veneruso, qui devient fidèle au chanteur depuis qu'il lui a proposé le titre (pour ne pas dire le tube) «Sous le vent».

Sur cet album, intitulé tout simplement «Garou», vous retrouvez aussi l'incontournable Pascal Obispo, qui signe le premier single, «L'injustice», mais aussi l'une des meilleures chansons de cet album, «Même par amour», où l'on trouve un riff de guitare qui rappelle étrangement celui de Jimmy Page sur le titre de Led Zeppelin «Kashmir». Si cet album est une réussite, on peut toutefois regretter cette impression globale de déjà entendu.

Olivier Delaloye

Garou, «Garou». Déjà disponible

Ton opinion