Le nouveau gouvernement allemand tire le prix du carbone à un record
Publié

Virage écologique Le nouveau gouvernement allemand tire le prix du carbone à un record

Les ambitions environnementales de la nouvelle coalition au pouvoir à Berlin ont des conséquences directes sur le prix des droits d'émission de CO2 en Europe.

Dans l’UE, les entreprises polluantes doivent acheter des droits d’émissions de CO₂, dont le prix varie en fonction du marché. 

Dans l’UE, les entreprises polluantes doivent acheter des droits d’émissions de CO₂, dont le prix varie en fonction du marché.

VQH

Le prix du carbone européen a battu un nouveau sommet historique jeudi, au lendemain de l’annonce d’une nouvelle coalition de gouvernement en Allemagne faisant la part belle à la défense de l’environnement. Alors en hausse de 2%, il a atteint 74,39 euros la tonne (près de 78 francs) peu avant 12h50 jeudi, un record. Le cours du carbone «est stimulé par l’accord de coalition conclu mercredi en Allemagne, qui prévoit une priorité élevée à la tarification du carbone», selon Barbara Lambrecht, analyste de Commerzbank.

«Superministère» de l'environnement

Le social-démocrate allemand Olaf Scholz a en effet annoncé mercredi un accord pour prendre la tête du premier gouvernement post-Merkel, avec les verts et les libéraux. Après plusieurs semaines de tractations, ces trois formations, allant de la gauche pour les Verts, au centre-gauche pour les sociaux-démocrates, à la droite avec les libéraux, ont trouvé un accord qui fait la part belle à la protection de l’environnement: les Verts sont assurés d’accéder au ministère des Affaires étrangères ainsi que d’un «super» ministère du Climat et de l’Économie.

Droits à émettre du CO2

«La coalition a l’intention de faire campagne pour un prix minimum dans l’Union européenne», reprend Mme Lambrecht et «si aucun accord ne peut être trouvé au niveau européen, des mesures nationales (telles que l’annulation des quotas ou un prix minimum) doivent garantir un prix du carbone de 60 euros.» Via le système européen d’échange de droits d’émission (ETS), les entreprises des secteurs de l’énergie et de l’industrie reçoivent des droits à émettre du CO2, et doivent acheter des droits supplémentaires si elles veulent dépasser leurs quotas à un prix qui fluctue selon la demande.

Le prix s'envole

Mettre un prix sur la tonne de CO2 rejetée dans l’atmosphère est une façon de taxer les énergies les plus émettrices, dans le but d’inciter consommateurs et entreprises à recourir à des énergies propres. Le prix du carbone a plus que doublé depuis le début de l’année, où il évoluait à peine au-dessus de 30 euros la tonne.

(AFP)

Ton opinion

4 commentaires