Suisse: Le nouveau parti des travailleurs est... l'UDC
Actualisé

SuisseLe nouveau parti des travailleurs est... l'UDC

Une étude montre que les ouvriers se sont lentement détournés du Parti socialiste avec l'évolution de son discours.

par
smk
Toni Brunner (gauche), le futur ex-président de l'UDC, discute avec son homologue du PS, Christian Levrat.

Toni Brunner (gauche), le futur ex-président de l'UDC, discute avec son homologue du PS, Christian Levrat.

photo: Keystone

Le Parti Socialiste (PS) s'est vu constamment reprocher ces dernières années de ne plus être le parti des travailleurs. Et bien, c'est vrai, comme l'ont confirmé deux chercheurs proches du parti dans une étude citée dans le Blick.

La politologue Line Rennwald et l'historien Adrian Zimmermann ont analysé les choix des citoyens lors des élections entre 1971 et 2011. Tous deux sont partis du principe qu'un travailleur est une personne dépendant d'un salaire et travaillant dans une logique technique avec une activité qualifiée, semi-qualifiée et non qualifiée.

L'UDC a rempli un vide

Ils ont ainsi relevé que la part des travailleurs qui votait pour le PS avoisinait les 38% en 1975, contre 16% en 2011. Dans le même temps, le vote UDC dans cette catégorie de la population grimpait à 40%, contre 8% à peine en 1975.

Les deux chercheurs se sont basés sur les résultats de sondages menés lors de dix élections fédérales dans le cadre de leur étude Social Change in Switzerland. Ils ont ainsi découvert que l'UDC s'est mis à remplir un vide dans les rangs des travailleurs dès le milieu des années 90.

Le discours a changé

Ces résultats surprennent car l'UDC ne s'est jamais profilée comme le parti des ouvriers, leur préférant les thèmes européens ou migratoires. Les deux chercheurs expliquent que le discours de l'UDC trouve un écho au sein de cette catégorie de la population, bien que cette dernière ne profite pas de la politique prônée par la formation populiste, que ce soit en termes sociaux ou économiques.

Le changement du discours au sein des partis a provoqué ce glissement de l'électorat. Le PS se présente en effet toujours plus comme un parti de l'environnement, de la paix et des femmes. En outre, l'appartenance de classe s'est beaucoup atténuée lors de ces quarante dernières années.

Ton opinion