Le nouveau sélectionneur anglais déjà contesté

Actualisé

Le nouveau sélectionneur anglais déjà contesté

L'état de grâce est déjà fini pour Steve McClaren. Le sélectionneur anglais, en poste depuis trois mois, se retrouve sous pression après deux matches lamentables en qualifications de l'Euro 2008, sanctionnés d'un nul à domicile face à la Macédoine (0-0) et d'une défaite en Croatie (0-2).

"Cela va aller" ("We'll be OK"). La Une surréaliste du site internet de la Fédération anglaise (FA) après la débâcle de Zagreb, reprenant les propos de McClaren, emprunte à la méthode Coué plus qu'aux faits. Ce volontarisme n'a pas contaminé les supporters qui ont clos leur déplacement à Zagreb par des chants peu affectueux: "Quel gâchis d'argent", "Vous ne méritez pas de porter le maillot".

Le scepticisme avait accueilli le choix du successeur du Suédois Sven-Göran Eriksson. Candidat par défaut, son atout était d'être le seul entraîneur anglais en activité doté d'un palmarès, aussi ténu soit-il: la Coupe de la Ligue avec Middlesbrough (2004). Trois victoires sans encaisser de but ont offert un répit à l'adjoint devenu patron. On en oubliait qu'elles avaient été obtenues contre une équipe grecque en perdition, Andorre et la Macédoine.

La "faillite du système", dessinée contre la Macédoine et éclatante à Zagreb, est imputée à McClaren et à sa décision de mettre en place une inédite défense à trois. L'ancien international Jamie Redknapp s'en étrangle: "On essaye un nouveau système contre Andorre. Pas contre la Croatie". (si)

Ton opinion