Actualisé 26.07.2012 à 21:20

Apple

Le nouvel iPad? Révolution ou simple évolution

Après sa sortie en Suisse et dans 11 onze autres pays, vendredi dernier, la tablette d'Apple de troisième génération est commercialisée ce vendredi dans 24 autres nouveaux marchés. Notre test.

de
Michel Annese

Commercialisé depuis le 16 mars dernier, l'iPad de troisième génération a enregistré des ventes record lors de son lancement. Apple a en effet annoncé cette semaine avoir écoulé 3 millions d'unités lors des 3 premiers jours de vente. C'est un million de plus que lors du premier week-end de commercialisation de l'iPad 2 en 2011. Mais l'appareil mérite-t-il vraiment un tel engouement? Si les fanboys répondront assurément par l'affirmative, nous préférons de notre côté nous attarder sur l'objet pour tester ses capacités.

Le design

Alors qu'Apple nous avait habitué à des évolutions d'appareils allant vers plus de légèreté et de finesse, on assiste au contraire avec cette nouvelle tablette, bien que l'on reste dans des proportions très limitées. Le nouvel iPad est en effet 0,6 mm plus épais que l'iPad 2 et a grossi de quelques dizaines de grammes, 50 pour la précision. Malgré ces changements, l'utilisateur aura bien du mal à différencier le nouvel iPad de sa version précédente, tant leur design est similaire.

L'écran Retina, l'atout principal

C'est par contre lorsque l'écran s'allume que la différence saute aux yeux. Car, la principale nouveauté de cette nouvelle mouture réside dans son écran Retina doté d'une résolution impressionnante de 2048 X 1536 pixels, contre les 1024 x 768 pixels de l'iPad 2. Avec 264 pixels par pouce contre 132 pixels par pouce pour l'iPad 2, le nouvel iPad dispose donc d'une résolution quatre fois meilleure que son prédécesseur (3,1 millions de pixels contre seulement 786'000 pour l'iPad 2). L'impression de clarté est immédiate, surtout si on a la possibilité de comparer l'écran de 9,7 pouces à celui de l'iPad 2. On gagne en effet en détail et en finesse de contour. La résolution est visible sur les photos et les vidéos de bonne qualité mais est surtout remarquable sur les textes. Le nouvel iPad fait néanmoins moins bien que l'iPhone 4S et ses 326 pixels par pouce, mais cela n'empêche pas Apple de conserver le terme de Retina, car l'iPad se tient plus loin des yeux que l'iPhone.

Apps plus lourdes

Par contre, ce gain en résolution a un prix. Ou plutôt un poids. Car, les applications compatibles avec le nouvel écran, qui sont par ailleurs encore peu nombreuses, nécessitent plus de données. Par conséquent, leur taille a pris quelques mégaoctets supplémentaires, allant parfois même jusqu'à quadrupler. Cela signifie moins de place à disposition sur l'espace de stockage de l'appareil. Un iPad 16 Go risque donc d'être très juste. Installez-y quelques jeux et le voilà déjà plein. Au vu de ce constat, outre les versions 16, 32 et 64 Go, Apple aurait très bien pu proposer un modèle supérieure disposant d'une capacité de 128 Go.

Même autonomie

Malgré le fait que le dernier iPad gagne en puissance avec un nouveau processeur double-coeur A5X, d'une puce graphique quadri-cœur et d'un afflux de mémoire vive avec 1 Go de RAM (contre 512 pour l'iPad 2), la tablette ne perd pas en autonomie. Apple annonce toujours une capacité 10 heures. Une donnée qui variera bien sûr beaucoup en fonction de la manière dont la tablette est sollicitée.

En ce qui concerne la batterie, la différence entre la nouvelle ardoise et la précédente se fait sentir. Il ne faudra en effet pas être pressé avec le nouvel iPad. Selon nos tests, le temps de charge a en effet doublé depuis l'iPad 2. S'il faut environ 3 h pour passer de 0 à 100% d'autonomie avec l'iPad 2, comptez environ le double avec cette tablette de troisième génération.

Dictaphone efficace

Si le nouvel iPad n'intègre pas l'assistant vocal Siri de l'iPhone 4S, il dispose d'une nouveauté qui mérite d'être signalée: la fonction dictaphone, qui est disponible aussi pour le français. Parlez au nouvel iPad ou au micro intégré dans un casque et la tablette retranscrira tout ce que vous direz. L'option est disponible en sélectionnant l'icône micro qui apparaît sur le clavier virtuel de l'ardoise. A noter par contre que la sélection d'un clavier Français (Suisse) ne permettra pas de bénéficier de cette fonctionnalité, qui avouons-le se montre très efficace lorsque le bruit ambiant ne vient pas perturber le système.

Image et vidéo boostées

Le capteur photo iSight de la face arrière (le même que celui qui équipe l'iPhone 4S avec sa lentille optique constituée de 5 éléments) passe à 5 millions de pixels, ce qui rapproche la qualité d'image à celle de l'iPhone 4 (le 4S disposant quant à lui d'un capteur 8 millions de pixels). La caméra FaceTime de la façade avant reste par contre toujours aussi médiocre que celui de l'iPad 2 avec ses 2 millions de pixels, limitée à la résolution VGA. A noter également l'absence de flash. Mais, au vu de la taille de l'appareil, ce n'est pas l'outil le plus facile à dégainer pour prendre un cliché, au contraire d'un smartphone ou d'un vrai appareil photo de poche. Malgré cela, le nouvel iPad dispose aussi d'atouts pour la vidéo. Il permet en effet de filmer en qualité HD 1080p. (contre 720p. pour l'iPad 2) à 30 images par seconde et dispose d'un stabilisateur d'images automatique.

Réseau rapide

Le nouvel iPad est compatible avec le réseau ultra-rapide 4G LTE. Déployé aux Etats-Unis et au Canada, celui-ci n'est cependant pas encore disponible en Suisse, si ce n'est à titre expérimental. L'iPad 4G sera par contre compatible avec le réseau HSPA+ offrant une vitesse de téléchargement jusqu'à 42 Mbps. Il faudra par contre un abonnement plus onéreux pour pouvoir en profiter.

Prix compétitif

Du côté du prix de vente, c'est une bonne nouvelle pour les consommateurs, un peu moins pour les constructeurs concurrents. Apple a en effet décidé de conserver le même prix de vente que le modèle précédent, soit 529.- pour le premier modèle à 16 Go. Le prix de l'iPad 2 diminue en conséquence à 429.-. Ceux qui hésitaient encore à acheter une tablette Apple et qui ne voient pas la nécessité de disposer d'un écran Retina auront là une raison supplémentaire de faire le pas.

Conclusion

On peut s'avancer en disant qu'Apple a à nouveau devancé la concurrence en proposant une nouvelle fois la tablette de référence du moment. Un titre qui peut en tous cas lui être décerné pour son écran à la qualité impressionnante. Un nouvel iPad qu'Apple se plaît à appeler «résolutionnaire». Mais de là à être révolutionnaire, le terme est un peu fort.

L'appareil affiche des qualités techniques qui n'ont rien à envier à la concurrence ou aux consoles de jeu portables, bien que les applications compatibles avec l'écran Retina soient encore peu nombreuses à l'heure actuelle.

On pourra certes toujours lui trouver des défauts, comme sa webcam à la résolution modeste, le fait qu'elle évolue dans un système Apple toujours aussi fermé et dispose d'une connectique limitée, mais les améliorations apportées à l'appareil suffiront vite à faire oublier ces détails

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!