Actualisé 19.04.2017 à 10:27

Référendum en TurquieLe «oui» surprenant des Turcs à Genève

En Suisse, une majorité de Turcs a voté contre la révision constitutionnelle qui renforce les pouvoirs du président Erdogan. Mais pas à Genève.

«Nous savions que les Turcs de Suisse allaient voter contre le référendum», a déclaré à l'ats Celal Bayar, président de la Fédération des associations turques de Suisse romande (FATSR). Ce qui l'étonne beaucoup en revanche, c'est le oui sorti des urnes à Genève.

Selon les chiffres provisoires, la réforme de la Constitution voulue par le président turc Recep Tayyip Erdogan a été rejetée par près de 62% des voix en terres helvétiques. Elle a été refusée notamment par les votants turcs à Berne (70% de non) et Zurich (64%). A Genève, c'est le contraire: le oui à la réforme y recueille 55%, selon les chiffres provisoires.

«Nous ne comprenons pas», dit Celal Bayar, la communauté turque de Genève étant plutôt une élite, opposée à la réforme. Une explication pourrait être que consulat de Turquie à Genève chapeaute aussi la région frontalière: or les Turcs établis en France voisine, comme à Annemasse ou dans le Pays de Gex, ont eu tendance à voter en faveur de la réforme.

«Manipulations aux urnes»

Celal Bayar n'exclut pas non plus une manipulation des chiffres par l'agence de presse turque Anadolu, qui a parfois livré des données fantaisistes. Les chiffres définitifs devraient être annoncés dans onze à douze jours.

Le oui a la réforme ne changera pas grand-chose pour les Turcs de Suisse, selon le président de la FATSR. En Turquie en revanche, on peut s'attendre à des élections anticipées cet automne puis à deux référendums supplémentaires en 2018.

Turquie: après la campagne, le referendum

Et pas des moindres: les Turcs pourraient être appelés à se prononcer sur leur relation à l'Union européenne, en particulier s'ils veulent mettre un terme à la «mascarade» de l'adhésion. Le deuxième vote porterait ni plus ni moins sur la sortie du pays de l'OTAN.

Depuis quinze ans que le parti AKP du président est au pouvoir, Recep Tayyip Erdogan a toujours obtenu ce qu'il voulait, résume Celal Bayar. (ats)

L'opposition demande l'annulation du scrutin

Principal parti d'opposition turc, le CHP dénonce les irrégularités du référendum de dimanche. Lire l'article.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!