Mer de Chine: Le Pacifique «assez vaste» pour les deux géants
Actualisé

Mer de ChineLe Pacifique «assez vaste» pour les deux géants

Le président chinois Xi Jinping a répondu dimanche au secrétaire d'Etat américain John Kerry, venu lui dire ses craintes quant aux ambitions chinoises dans les îles Spratleys.

Le secrétaire d'Etat devait faire part de l'hostilité de Washington envers la construction par l'armée chinoise d'îlots artificiels dans un archipel disputé par les Etats voisins.

Le Pentagone envisage l'envoi de navires de guerre et d'avions de surveillance dans la zone des 12 milles (22 km) autour de ces îlots. Les structures sont construites de façon accélérée depuis un an.

Elles sont situées dans l'archipel des îles Spratleys, revendiquées pour tout ou partie à la fois par la Chine, le Vietnam, les Philippines, Brunei, Taïwan et la Malaisie. La Chine, elle, affirme sa souveraineté sur la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale, soulevant inquiétudes et tensions diplomatiques avec ses voisins.

Relations «stables dans l'ensemble»

Si les préparatifs du Pentagone recevaient l'approbation du président Barack Obama, l'entrée des navires de la VIIe flotte américaine du Pacifique en mer de Chine méridionale serait susceptible de créer une grave crise entre les deux géants économiques, selon les analystes.

Dimanche, le président Xi a estimé que les relations entre les deux pays «restaient stables dans l'ensemble», selon ses déclarations au ton d'apaisement citées par l'agence officielle Chine nouvelle.

«Le grand océan Pacifique (dont la mer de Chine méridionale fait partie, NDLR) est assez vaste pour accueillir à la fois la Chine et les Etats-Unis», a-t-il dit. Les deux nations doivent régler leurs différends «de sorte que la direction générale des relations bilatérales n'en soit pas affectée».

Samedi, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, s'était montré nettement moins affable en exprimant la «détermination (...) inébranlable» de la Chine à protéger ses intérêts.

Traité d'extradition

Toujours selon M. Yi, la Chine et les Etats-Unis devraient entamer des discussions le plus rapidement possible sur la mise au point d'un traité d'extradition. Pékin cherche à poursuivre certains de ses ressortissants soupçonnés de corruption et qui ont fui en Amérique.

Un traité d'extradition avec les Etats-Unis conforterait sensiblement la campagne contre la corruption en cours en Chine depuis l'arrivée au pouvoir de Xi Jinping.

Wang Yi a déclaré au secrétaire d'Etat américain que les Etats-Unis étaient devenus «une destination importante» pour les personnes soupçonnées de corruption.

John Kerry a répondu à son homologue que les Etats-Unis ne voulaient pas être le «havre» de fugitifs recherchés pour faits de corruption et que Washington «souhaite renforcer la coopération avec la Chine» dans la recherche des fugitifs et des biens qu'ils ont détournés.

John Kerry devait s'envoler dimanche soir pour la Corée du Sud. (ats)

Ton opinion