The End: Le palmarès de nos émotions
Actualisé

The EndLe palmarès de nos émotions

Alors que le festival vient de se terminer, revenons sur ses moments forts.

par
Caroline Vié
Matt Damon, Kim Novak et Mads Mikkelsen: quelques-uns de nos chouchous.

Matt Damon, Kim Novak et Mads Mikkelsen: quelques-uns de nos chouchous.

Nous avons décidé arbitrairement de remettre nos palmes en une sélection hautement subjective. Roulements de tambour et que la cérémonie commence.

Palme de l'émotion: «La vie d'Adèle»

Abdellatif Kechiche a bouleversé les festivaliers avec cette histoire d'amour de deux jeunes lesbiennes. Bien des yeux étaient rouges à la fin de projection.

Palme de la classe internationale: Kim Novak

Cette grande dame, à laquelle le festival rendait hommage, a présenté une version restaurée de «Vertigo» d'Alfred Hitchcock, élu «meilleur film de tous les temps» par la revue «Sight and Sound».

Palme du beau gosse: Mads Mikkelsen

Le torse de ce charmant comédien a fait soupirer plus d'une spectatrice pendant la projection de «Michael Kohlaas» d'Arnaud des Pallières.

Palme de la belle fille: Marine Vacth

L'héroïne de «Jeune et Jolie» de François Ozon est d'une beauté à couper le souffle et fait peu de mystère sur son physique dans ce film où son personnage se prostitue.

Palme des plus belles fesses: Matt Damon

Le comédien était visiblement enchanté d'exhiber son postérieur dans «Ma vie avec Liberace» de Steven Soderbergh. Si content qu'il le montre même plusieurs fois.

Palme de la scène la plus dure: Nicolas Winding Refn pour «Only God Forgives»

Quand le flic justicier du film tente de faire parler un témoin avec des méthodes plutôt radicales, on entendait voler une mouche dans la salle.

Palme du plus mauvais temps: la 66ème édition du Festival de Cannes

Il est tombé des cordes. Il a soufflé des bourasques. Il y a eu de la tempête. En bref, il a fait un temps de cochon! On espère que le soleil sera invité l'an prochain.

Ton opinion