Actualisé 27.07.2011 à 20:57

Corne de l'Afrique Le PAM débute son pont aérien vers Mogadiscio

Le programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé avoir débuté mercredi après-midi son pont aérien pour aider les victimes de la sécheresse en Somalie.

Annoncée pour mardi par la directrice du PAM , Josette Sheeran, l'opération vers la capitale somalienne avait notamment été reportée pour des raisons d'autorisations douanières, selon l'agence. Un premier appareil, avec à son bord 10 tonnes de suppléments nutritionnels pour les enfants souffrant de malnutrition, a finalement rejoint Mogadiscio mercredi après-midi.

L'objectif est d'acheminer au total 100 tonnes par une dizaine de vols. Mercredi, le Bureau de coordination des Affaires humanitaires des Nations unies (OCHA) a aussi fait le point sur la situation en Somalie avec les ambassadeurs des pays donateurs à l'occasion d'une réunion technique de routine à Nairobi.

«Affreux»

A Bruxelles, la commissaire européenne à l'aide humanitaire, Kristalina Georgieva, a annoncé mercredi sa volonté de porter à 158 millions d'euros les financements de l'UE pour assister les victimes de la sécheresse en Afrique de l'Est.

«La Commission va débloquer une aide immédiate de 27,8 millions d'euros qui s'ajoutera aux 70 millions d'euros déjà alloués et j'ai engagé un processus visant à mobiliser 60 millions supplémentaires, ce qui portera notre aide à près de 158 millions d'euros», a-t-elle expliqué au cours d'une conférence de presse à son retour d'un déplacement en Somalie et au Kenya.

La commissaire a renouvelé à Bruxelles son plaidoyer pour un acheminement de l'aide directement en Somalie. «Ce que j'ai vu à Dadaab est affreux. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour apporter l'aide à l'intérieur de la Somalie afin d'éviter à ces gens un si long voyage, qui parfois est le dernier».

Shebabs critiques

Dadaab accueille chaque jour des réfugiés fuyant la sécheresse, la famine et les combats en Somalie voisine, et notamment des deux provinces du Sud sous contrôle des rebelles shebabs où les Nations unies ont décrété mercredi l'état de famine.

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a évalué globalement les besoins à 1,6 milliard de dollars. Mais l'aide à l'intérieur de la Somalie est contrecarrée par le refus des rebelles shebab d'accepter la présence de plusieurs organisations humanitaires étrangères, alors qu'ils l'avaient acceptée dans un premier temps.

Pour les insurgés islamistes shebabs, la sécheresse qui sévit dans les zones sous leur contrôle en Somalie est combattue localement avec succès par les «musulmans» mais surtout exploitée à des fins politiques par les «infidèles étrangers».

Trou noir

L'ONU estimait jusqu'ici à plus de 3000 le nombre de personnes fuyant tous les jours la Somalie vers le Kenya et l'Ethiopie voisins, et à quelque 1000 autres celles quittant des régions du centre et du sud pour Mogadiscio. Au-delà de la Somalie, c'est toute la Corne de l'Afrique qui est actuellement touchée par la sécheresse, la pire en des décennies selon les Nations unies.

L'ONU évalue à quelque 12 millions le nombre de personnes en situation de crise dans la région. Le Kenya, Djibouti, l'Ethiopie, l'Ouganda sont aussi affectés. La communauté internationale craint également pour l'ultra-fermée Erythrée voisine, trou noir en matière d'information. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!