Le pape appelle à redonner un sens catholique au dimanche
Actualisé

Le pape appelle à redonner un sens catholique au dimanche

Vienne - Au dernier jour de sa visite en Autriche, le pape Benoît XVI a défendu la dimension religieuse du repos du dimanche, mettant en garde contre une société de loisirs.

Il a célébré une messe en la cathédrale St-Etienne de Vienne devant plusieurs dizaines de milliers de personnes.

«L'appétit effréné de vie qui ne donne aujourd'hui aucune paix aux hommes finit dans le vide d'une vie perdue», a déclaré le souverain pontife dans son homélie. Selon lui, la messe du dimanche est en revanche «une nécessité intérieure» pour les chrétiens, «un espace de liberté qui nous fait regarder au delà de l'activisme de la vie quotidienne».

Conformément à une préoccupation écologique toujours plus présente dans ses discours, il a ajouté qu'»à une époque où, à cause de nos interventions humaines, la création semble exposée à de multiples dangers», il faut retrouver le sens du dimanche qui commémore la création du monde par Dieu».

Le repos du dimanche permet aussi de percevoir «quelque chose de la liberté et de l'égalité de toutes les créatures de Dieu», a déclaré Benoît XVI. L'Eglise catholique autrichienne a engagé une campagne pour défendre le repos du dimanche, alors que de nombreux commerces réclament de pouvoir ouvrir ce jour là.

Défenseur de la natalité

Samedi, à Mariazell, un lieu de dévotion à la Vierge, le saint père a déploré le manque d'enfants en Europe. «L'Europe est devenue pauvre en enfants. Nous voulons tout pour nous mêmes et peut-être nous méfions nous trop de l'avenir», a déclaré le chef de l'Eglise catholique lors d'une messe en plein air.

C'était la deuxième fois lors de son déplacement en Autriche que le pape s'en prenait au déclin de la natalité en Europe. Vendredi, il avait condamné l'avortement en rejetant l'idée que cela puisse être considéré comme un droit humain.

Benoît XVI a regagné l'Italie dimanche soir, achevant son septième voyage à l'étranger. Dans l'après-midi, il a visité l'abbaye cistercienne de Heiligenkreuz, fondée en 1135 près de Vienne, qui abrite une communauté de 80 moines ainsi qu'une faculté théologique, de tendance conservatrice.

Bilan en demi-teinte

La presse autrichienne a commencé à tirer un premier bilan en demi-teinte de la visite du pape, dominée par le mauvais temps.

Si le quotidien populaire «Osterreich» titrait «Malgré le déluge, le pape enthousiasme l'Autriche», «Die Presse» (conservateur) relevait surtout le caractère d»'intimité» de ce voyage dont le programme n'a comporté aucun grand rassemblement de masse, et soulignait que les appels à la réforme exprimées par la base de l'Eglise n'ont reçu aucun écho, «même sous forme négative» du Vatican.

L'Eglise autrichienne rassemble officiellement près de 67 % des Autrichiens (contre 92 % en 1900). Mais moins de 15 % se disent pratiquants réguliers. Selon un sondage Gallup publié par «Österreich» dimanche, 47 % des Autrichiens sont satisfaits de la façon dont le pape gouverne l'Eglise, contre 27 % et 26 % sans opinion.

SDA/ATS

Ton opinion