Le pape appelle l'Eglise américaine à se purifier
Actualisé

Le pape appelle l'Eglise américaine à se purifier

Le pape Benoît XVI a fêté samedi à New York le troisième anniversaire de son pontificat par une messe dans la cathédrale St-Patrick, au coeur de Manhattan.

Pour la cinquième journée consécutive, le souverain pontife a évoqué les scandales de pédophilie qui ont ébranlé le clergé catholique américain et coûté quelque deux milliards de dollars en dédommagements aux victimes.

Benoît XVI a dit rejoindre chacun dans la prière pour la «purification» et la «guérison». Il a également «encouragé» les fidèles à «coopérer avec (leurs) évêques qui continuent d'oeuvrer pour résoudre efficacement cette question».

Accueillant le pape à Saint Patrick, l'archevêque-cardinal de New York, Mgr Edward Egan, a lancé à propos des scandales: «Vous connaissez nos faiblesses et nos forces (...) nos victoires et nos défaites.»

«Divisions» à surmonter

Le pape a également déploré «la division entre les différents groupes, les différentes générations, les différents membres de la même famille religieuse». Il s'en est remis à Dieu pour garantir un «sens renouvelé d'unité et de sens» au sein de l'Eglise américaine, afin d'avancer «vers l'espoir, l'amour de la vérité et du prochain».

Jeudi à Washington, Benoît XVI avait rencontré des victimes de prêtres pédophiles. Lors de son voyage vers les Etats-Unis, il avait aussi jugé «plus important d'avoir de bons prêtres que de nombreux prêtres».

«Il faut replacer tout cela dans message global» qui le pape est venu apporter aux Etats-Unis, «un message d'espoir dans le renouvellement de L'Eglise américaine, a commenté le père Federico Lombardi, porte-parole du Vatican.

Le pape s'efforce de remobiliser l'Eglise catholique américaine qui a vu chuter au fil des ans le nombre des vocations. Les prêtres catholiques étaient un peu moins de 41 500 l'an dernier aux Etats- Unis contre plus de 58 000 en 1965, selon le centre de recherches appliquées sur l'apostolat de l'Université de Georgetown.

«Pauvreté spirituelle»

Apparemment épuisé au cinquième jour de son voyage aux Etats-Unis, Benoît XVI, qui a fêté ses 81 ans mercredi, a laissé apparaître son émotion, remerciant les fidèles pour «l'amour» qu'ils manifestaient «au pauvre successeur de Pierre».

«Je ferai tout mon possible pour être un vrai successeur du grand saint Pierre», malgré «toute ma pauvreté spirituelle», a-t-il dit. Interrogé sur l'état de santé du pape, le père Lombardi a assuré qu'il allait «bien» mais qu'il était «un peu fatigué».

Accueilli par Bloomberg

Le pape allemand, qui a succédé à Jean Paul II le 19 avril 2005, a été accueilli sur le parvis de la cathédrale nichée entre les tours de Manhattan sur la 5e Avenue par le maire de New York Michael Bloomberg, de confession juive, sous les vivats d'une petite foule contenue par les services de sécurité.

«New York est un phare de tolérance où un gamin de la classe moyenne nommé Bloomberg a grandi pour être finalement sollicité d'accueillir le pape», a relevé le maire républicain juste avant l'arrivée de Benoît XVI.

C'est la première fois qu'un pape célébrait la messe à St- Patrick, un somptueux édifice de style néo-gothique bâti dans la seconde moitié du 19e siècle grâce à l'argent des immigrants catholiques et qui représente le coeur du catholicisme américain.

Programme chargé

Samedi soir, le pape devait présider un rassemblement de quelque 22 000 jeunes catholiques, dont 300 séminaristes, au séminaire St Joseph à Yonkers. Dimanche, il se rendra à Ground Zero, sur le site des attentats du 11-Septembre à Manhattan, et célèbrera une messe dans le Yankees Stadium.

Vendredi, veille de la Pâque juive, il s'était rendu à la synagogue new-yorkaise de Park East, dont le rabbin, Arthur Schneier, un rescapé de la shoah, avait salué ses efforts en faveur du dialogue interconfessionnel.

(ats)

Ton opinion