Colombie: Le pape François en soutien de la paix
Actualisé

ColombieLe pape François en soutien de la paix

Le souverain pontife est venu apporter son soutien au processus de paix, après les récents accords conclus avec les guérillas.

1 / 147
Les autorités colombiennes ont annoncé dimanche avoir déjoué un attentat contre le leader de l'ex-guérilla des FARC, Rodrigo Londoño. (Lundi 13 janvier 2020)

Les autorités colombiennes ont annoncé dimanche avoir déjoué un attentat contre le leader de l'ex-guérilla des FARC, Rodrigo Londoño. (Lundi 13 janvier 2020)

Keystone
La Colombie a connu dimanche les plus pacifiques de ces dernières années. Une femme devrait devenir maire de Bogota. (27 octobre 2019)

La Colombie a connu dimanche les plus pacifiques de ces dernières années. Une femme devrait devenir maire de Bogota. (27 octobre 2019)

AFP
La dissidence des Farc, a annoncé, dans une vidéo diffusée mercredi, la création d'un mouvement politique clandestin, suite à son soulèvement armé la semaine dernière. (4 septembre 2019)

La dissidence des Farc, a annoncé, dans une vidéo diffusée mercredi, la création d'un mouvement politique clandestin, suite à son soulèvement armé la semaine dernière. (4 septembre 2019)

AFP

Le pape François a entamé sa première visite pontificale en Colombie en lançant un message d'espérance à ce pays sur le chemin de la paix, après les accords conclus avec les guérillas pour mettre fin à une guerre fratricide de plus d'un demi-siècle.

«Ne vous laissez pas voler l'espérance!», a lancé le souverain pontife, peu après son arrivée à Bogota, aux fidèles qui l'attendaient devant la Nonciature où il reviendra dormir chaque soir de cette visite de cinq jours. «Continuez sur le chemin que vous avez eu le courage de prendre, cela s'appelle de l'héroïsme!», a-t-il ajouté à l'adresse de jeunes des rues, qui ont chanté et dansé pour François, auquel a été offert un poncho de laine blanche qu'il a immédiatement revêtu.

Le président Juan Manuel Santos, prix Nobel de la Paix 2016, a souligné devant la presse que le «Saint Père va nous stimuler pour faire ce premier pas vers la réconciliation, après tant d'années de guerre».

La visite du pape François, qui a soutenu l'accord de paix historique signé en novembre avec la puissante guérilla des Farc, a débuté deux jours après le premier cessez-le-feu bilatéral jamais conclu avec l'ELN, dernière rébellion active.

«La paix est ce que la Colombie recherche depuis si longtemps et à laquelle elle travaille. Une paix stable, durable, afin de se voir et de se traiter en frères, jamais en ennemis», avait-il affirmé dans un message vidéo diffusé avant son départ.

Appel au dialogue au Venezuela

Dans l'avion, le pape a en outre appelé à prier pour «le dialogue» au Venezuela voisin, plongé depuis des mois dans une grave crise politique et économique. Il se réunira jeudi à Bogota avec des responsables de l'Eglise catholique vénézuélienne, durant une rencontre avec le Conseil épiscopal latino-américain.

C'est «un voyage un peu spécial parce qu'il s'agit d'un voyage pour aider la Colombie à aller de l'avant sur le chemin de la paix», avait ajouté Jorge Bergoglio, 80 ans, premier pape latino-américain de l'histoire, qui s'est déjà rendu trois fois dans ce pays lorsqu'il était prêtre et archevêque de Buenos Aires.

Sa visite intervient cette fois à un moment crucial: après l'accord de paix signé en novembre avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), aujourd'hui désarmées et reconverties en parti politique, et la signature lundi d'un cessez-le-feu temporaire et renouvelable avec l'Armée de libération nationale (ELN), en vigueur à partir du 1er octobre pour un peu plus de trois mois.

La guerre civile, qui déchire la Colombie depuis 53 ans, a impliqué une trentaine de guérillas, des milices paramilitaires et les forces de l'ordre, faisant quelque 260'000 morts, plus de 60.000 disparus et au moins 7,1 millions de déplacés.

«La paix nous rappelle que nous sommes tous fils du même Père, qui nous aime et nous console», a affirmé François, qui rencontrera victimes et acteurs du conflit. Après Bogota, il se rendra vendredi à Villavicencio, samedi à Medellin, puis à Carthagène des Indes d'où il repartira dimanche soir. Quelque 4,7 millions de fidèles sont attendus.

Un pas vers la paix

La guerre continue à diviser profondément les Colombiens, dont une courte majorité avait rejeté par référendum en octobre dernier l'accord de paix conclu avec les Farc après quatre ans de pourparlers. Modifié, le texte a finalement été signé en novembre suivant et approuvé par le Parlement.

Sur le thème «faisons le premier pas», le pape argentin espère convaincre les Colombiens de rompre avec la violence et de s'engager à construire la paix. Dans son message video, il a déclaré qu'il se rend dans ce pays «en pèlerin de la paix et de l'espoir».

Après son arrivée à l'aéroport militaire de Bogota, où il a été accueilli par M. Santos, François s'est rendu jusqu'à la Nonciature, au centre de la capitale, dans l'une des trois papamobiles fabriquées sur place, sans vitres blindées selon son souhait d'être au plus près des fidèles.

Des milliers de personnes s'étaient rassemblés sur le parcours. «J'ai foi en ce que la visite du pape nous change», a déclaré à l'AFP Alva Marina Quiñones, femme d'une cinquantaine d'années qui a perdu son mari et son frère dans le conflit, qui a elle même été violée puis déplacée.

François, troisième souverain pontife à se rendre en Colombie après Paul VI en 1968 et Jean Paul II en 1986, doit s'entretenir jeudi matin avec le chef de l'Etat, avant de s'adresser aux jeunes depuis la place Bolivar, coeur historique de Bogota. Puis il célèbrera une grande messe populaire dans un parc de la capitale. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion