Actualisé 10.11.2012 à 17:17

«Academia Latinitatis»

Le pape œuvre à la promotion du latin

Le pape Benoît XVI a institué samedi une nouvelle Académie pontificale pour la promotion de la langue et de la culture latines, l'«Academia Latinitatis».

Benoît XVI évoque «une connaissance toujours plus superficielle de la langue latine».

Benoît XVI évoque «une connaissance toujours plus superficielle de la langue latine».

La connaissance du latin et de la culture latine est «nécessaire pour l'étude des sources (de la foi), auxquelles s'alimentent de nombreuses disciplines, la théologie, la liturgie, la patristique et le droit canon», estime le pape théologien, soulignant que cela correspond à «l'enseignement du Concile Vatican II».

Dans sa lettre apostolique solennelle, sous la forme d'un «motu proprio», Joseph Ratzinger confirme un projet qu'il caressait.

En créant cette Académie qui dépendra du Conseil pontifical de la culture, Benoît XVI marque son attachement à une Eglise qui se nourrit de sa tradition millénaire, sa hantise étant un oubli de celle-ci et un appauvrissement de la foi.

Les plus importants textes du magistère sont en latin, «précisément pour mettre en évidence le caractère universel de l'Eglise», rappelle le pape.

Ciment unificateur

Benoît XVI évoque un «affaiblissement de l'étude des humanités» et «une connaissance toujours plus superficielle de la langue latine» dans les études des futurs prêtres.

Le pape dit déceler un nouvel «intérêt» pour la culture latine, «pas seulement dans les continents qui ont leurs racines dans l'héritage gréco-romain» mais de la part «de professeurs et aussi de jeunes et d'étudiants de nations diverses».

L'Académie devra favoriser le latin «dans les institutions catholiques où les séminaristes et prêtres sont formés».

Alors que Benoît XVI a déjà autorisé à nouveau la messe en latin de l'avant-Concile, ce geste risque d'être interprété comme un nouveau pas vers les traditionalistes. Le pape suit sa logique, qui est de lutter contre l'éclatement culturel dans l'Eglise, le latin restant selon lui un ciment unificateur.

Cependant, alors qu'il y a tant de priorités et une pénurie de moyens, l'enseignement du latin dans les séminaires d'Afrique ou d'Asie est loin d'aller de soi. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!