Loisirs: Le Papiliorama de Chiètres fête ses 25 ans
Actualisé

LoisirsLe Papiliorama de Chiètres fête ses 25 ans

Avec un incendie et un lourd déménagement le papiliorama a une histoire pleine de rebondissemnts.

Le Papiliorama, à Chiètres (FR), célèbre ses 25 ans. Le jardin tropical a fait du chemin depuis sa création: il a accueilli près de 5 millions de visiteurs, et acquis une renommée nationale et internationale. Quelque 220'000 personnes y affluent chaque année.

Le jardin tropical organise une fête samedi avec diverses animations entre 09h00 et 18h00. Les enfants entreront gratuitement, et les adultes choisiront le montant qu'ils souhaitent payer. Le conseiller d'Etat fribourgeois Beat Vonlanthen et Miss Suisse seront présents lors des festivités.

Un millier de papillons y volent

Le parc est formé de plusieurs coupoles reproduisant divers biotopes. Le Papiliorama lui-même mesure 40 mètres de diamètre et 14 mètres de haut. Un millier de papillons de 60 espèces y virevoltent et se posent souvent sur les épaules des visiteurs.

Dans le dôme du Nocturama, unique au monde, le jour et la nuit sont inversés. Les visiteurs peuvent observer des animaux nocturnes, parmi lesquels des ocelots et des anacondas géants. S'y ajoute la Jungle Trek, copie d'une réserve naturelle d'Amérique centrale. Parmi les projets d'avenir figure une 4e coupole dédiée à la faune régionale - oiseaux des marais, loutres ou encore castors.

Le grand incendie

La première serre, pressentie en terre vaudoise, est construite à Marin (NE) en 1988 par le biologiste néerlandais Maarten Bijleved van Lexmond. Ravagé par un incendie qui marque les esprits en 1995, le Papiliorama est reconstruit grâce à des dons de toute la Suisse.

C'est alors que ses créateurs décident de changer de forme juridique, passant d'une société anonyme à une fondation d'utilité publique. Mais le complexe, alors formé de deux coupoles, se trouve sur un terrain appartenant à Migros.

Le centre commercial veut s'agrandir et le jardin tropical aussi: il faut plier bagage. Le canton de Neuchâtel ne parvient pas à retenir le Papiliorama, qui finit par migrer à Chiètres en 2003, où il dispose d'un arrêt CFF depuis 2005.

Guilde du papillon philanthrope

Le budget annuel se monte à 4 millions de francs. Environ 120 personnes y travaillent, ce qui représente une quarantaine de postes en équivalent plein temps.

L'institution, très soutenue lors de nouvelles constructions, n'est pas subventionnée pour son fonctionnement. L'association des Amis du Papiliorama, créée en 2003, permet de récolter des cotisations.

Les fans les plus nantis ou les entreprises peuvent devenir compagnons de la Guilde du papillon philanthrope. En fonction de l'espèce adoptée, il faut verser entre 5000 francs par an (pour «Le Nacré de Bronze») et plus de 25'000 francs («L'Ulysse de Platine»). (ats)

Ton opinion