Vaud: Le papy pervers sera-t-il interné?
Actualisé

VaudLe papy pervers sera-t-il interné?

Un homme qui avait abusé de ses belles-filles et avait été jugé incorrigible par le tribunal cantonal du canton de Vaud pourrait échapper à l'internement.

La justice vaudoise devra revoir sa décision d'interner un sexagénaire qui vient de purger douze ans de réclusion pour avoir violé les deux filles de son ex-compagne. A Bochuz, cet homme avait réussi à fabriquer sur son ordinateur plus de 3500 fichiers pédophiles.

Un millier d'entre eux concernaient des montages pornographiques de ses deux anciennes victimes. Ces images lui avaient valu dix mois de prison, qui s'étaient ajoutés à la peine initiale de douze ans de réclusion, prononcée en 1998.

Risques relativisés

Convaincu que ce sexagénaire, âgé de 68 ans, est incorrigible et qu'il pourrait, à sa sortie de prison, s'en prendre de nouveau à la cadette des victimes qu'il appelle encore «mon amour» ou «ma petite bonne femme», le Tribunal cantonal vaudois avait confirmé en novembre 2009 une décision d'internement.

Saisi d'un recours, le TF annule ce verdict. Il admet qu'il est certes fort probable que l'homme commette à nouveau des actes de pornographie, mais ce danger ne suffit pas pour justifier un internement.

Expertise nécessaire

Quant aux risques d'abus sexuels, il doit être relativisé. D'autant plus que l'homme a souffert d'un cancer, qu'il s'en est remis, mais que son état nécessite un encadrement dans un EMS.

Pour justifier un internement, il faut que le risque de récidive puisse être qualifié de sérieux. Tel n'est pas le cas en l'occurrence, juge le TF, avant de renvoyer le dossier au Tribunal cantonal.

L'instance vaudoise devra ordonner une nouvelle expertise, afin d'examiner si les troubles psychiques dont souffre le sexagénaire peuvent justifier son internement. (arrêt 6B_1062/2009 du 3 novembre 2010) (ats)

Ton opinion