Actualisé 27.10.2009 à 12:25

Accès aux sourcesLe parachute doré de Walter Eberle classé secret

Le secret continuera de planer sur le parachute doré versé à Walter Eberle, après le départ de Christoph Blocher du Conseil fédéral.

Le Tribunal administratif fédéral (TAF) a débouté deux journalistes.

Ces deux rédacteurs du quotidien «La Liberté» s'étaient intéressés de près l'indemnisation de Walter Eberle, qui avait quitté avec effet immédiat son poste de secrétaire général du Département fédéral de justice et police (DFJP) après l'élection d'Eveline Widmer-Schlumpf au Conseil fédéral.

Longtemps directeur d'EMS Chemie, la holding de la famille Blocher, Walter Eberle disposait au DFJP d'un contrat dit «siège éjectable» qui lui assurait une indemnité correspondant à un an de salaire. Au printemps dernier, la délégation des finances avait approuvé l'indemnité versée à l'ex-haut fonctionnaire.

Classé secret

Selon le TAF, l'accord signé entre Walter Eberle et Eveline Widmer- Schlumpf doit rester secret. Car ce texte nécessitait l'approbation du Conseil fédéral et la loi fédérale sur le principe de transparence dans l'administration ne s'applique pas à de tels documents.

Il en va de même pour ce qui concerne l'indemnisation d'Yves Bichsel, qui avait lui aussi quitté le DFJP après l'éviction de Christoph Blocher.

Intérêt public

Le Préposé fédéral à la protection des données avait soutenu la revendication des deux journalistes. Il avait estimé que l'intérêt public à la consultation des conventions de départ de Walter Eberle et d'Yves Bichsel était prépondérant par rapport au droit à la protection de la sphère privée.

Déboutés, les deux journalistes doivent payer 1500 francs de frais judiciaires. Un recours contre la décision du TAF reste possible auprès du Tribunal fédéral (TF).

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!