Le parcours d'une punkette devenue institutrice
Actualisé

Le parcours d'une punkette devenue institutrice

Féministe, Cara
Zina narre sa vie, celle
d'une ex-ado révoltée
devenue instit et mère
d'un enfant handicapé.

«J'écris à ceux que le féminisme fait fuir, en leur disant que, même aujourd'hui, quand on est une mère de famille bien tranquille, c'est toujours dur d'être une fille quand on refuse d'être niquée.» Le ton est direct, sans concession, nerveux. Il appartient à un personnage séduisant: l'écrivaine Cara Zina, ex-membre du groupe Straight Royeurs, cofondé avec Virginie Despentes.

L'histoire qu'elle raconte est inspirée de son propre parcours, celui d'une ex-punkette qu'on suit à l'âge adulte en quête d'équilibre entre son métier d'institutrice, ses responsabilités face à son fils handicapé, la zone, la chanson, la déjante, le mensonge, les hommes...

Dans «Heureux les simples d'esprits», Cara Zina se dévoile comme elle mixerait et samplerait de la musique. Elle réussit le pari de rester punk sans être sombre, nihiliste en étant optimiste, tout en criant sa colère sans être triste.

Pascal Pellegrino

Cara Zina, «Heureux les simples d'esprits», Ed. Robert Laffont.

Ton opinion