Berne: Le Parlement freine les dépenses pour l'armée
Actualisé

BerneLe Parlement freine les dépenses pour l'armée

Le canton de Berne estimait que l'armée ne disposait pas d'assez de moyens et avait déposé une initiative pour l'augmenter. Le Parlement l'a rejetée.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration.

photo: Keystone

Les dépenses pour l'armée ne doivent pas représenter 1,2% du PIB. Après le Conseil des Etats, le National a rejeté vendredi par 120 voix contre 72 une initiative du canton de Berne visant à ancrer dans la constitution ce chiffre pour les 10 prochaines années.

Le canton de Berne estime que l'armée ne dispose pas d'assez de moyens pour assurer l'indépendance de la Suisse et propose de lui en donner plus. Une guerre en Europe est possible et une organisation terroriste islamiste se déploie pas si loin de nous, s'est alarmé Werner Salzmann (UDC/BE). Et de rappeler les attentats de Paris.

Vu la situation aux frontières et les menaces actuelles, il est nécessaire de prendre des mesures visant à financer et à organiser une armée capable d«intervenir, a-t-il martelé en vain. A deux voix près, seul son parti l'a soutenu.

Meilleure préparation

Porter l'argent alloué à l'armée de 0,7 actuellement à 1,2% du produit intérieur brut (PIB) signifierait une augmentation du budget de la défense à 7,5 milliards de francs par an, a estimé Hugues Hiltpold (PLR/GE) au nom de la commission.

Cela correspond à 3 milliards de plus que ce qui est prévu dans le budget 2016 et à 2,5 milliards de plus que ce que le Conseil fédéral et le Parlement prévoient pour la mise en oeuvre du projet de développement de l'armée.

Une telle hausse impliquerait une augmentation de la TVA. Ce serait donc déraisonnable et inapplicable, a poursuivi Hugues Hiltpold. La priorité doit plutôt être donnée au développement de l'armée via une et instruction, ainsi que grâce à un équipement moderne. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion