Finances cantonales: Le Parlement jurassien adopte un budget déficitaire

Actualisé

Finances cantonalesLe Parlement jurassien adopte un budget déficitaire

Le manque à gagner avoisine les 7 millions de francs. Le gouvernement entend serrer la ceinture encore d'un ou deux crans

Le Grand Conseil jurassien a adopté mercredi, sans opposition, le budget 2016 qui accuse un déficit de quelque 6,8 millions de francs. Ces chiffres rouges s'expliquent par la stagnation des recettes et par des charges supplémentaires. Face à cette évolution, le gouvernement va poursuivre sa politique d'austérité.

«Ce n'est pas un bon budget», a admis le ministre des finances Charles Juillard. «Les finances de l'Etat ne se gèrent pas comme celles d'un ménage», a poursuivi l'élu PDC, en évoquant les défis financiers pour l'année prochaine. «Il ne faut plus compter sur les excédents de la BNS», a-t-il souligné.

Le gouvernement doit enregistrer une baisse de 3,3 millions de francs au titre de la péréquation financière (RPT). Dans le même temps, le canton du Jura doit s'acquitter de 6,3 millions de francs représentant sa part versée au nouveau fonds d'infrastructure ferroviaire (FAIF).

Le recul des recettes fiscales des entreprises devrait être compensé par une augmentation des recettes des personnes physiques. Face à cet environnement précaire, le gouvernement a prélevé 9,5 millions de francs sur la réserve, pour les risques conjoncturels afin de limiter le déficit inscrit au budget.

Plan d'austérité

«Nous ne sommes pas au bout du tunnel», a estimé Jean Bourquard, au nom du groupe socialiste. «La situation n'est pas désespérée, mais elle est dangereuse», a relevé l'UDC Thomas Stettler. Pour les partis de droite et le gouvernement, il est essentiel de poursuivre la mise en oeuvre des mesures du plan d'austérité «Optima».

Ce déficit au budget, qui respecte le frein à l'endettement, permet de réaliser des investissements nets de 35 millions de francs, contre 39,5 au budget 2015. Les nouveaux projets planifiés concernent les routes, les bâtiments et la culture avec le Centre d'expression des arts de la scène (CREA).

Au vote, le budget a été adopté par 51 voix sans opposition et 5 abstentions.

Avenir sombre

Le gouvernement estime que l'exercice budgétaire sera encore très difficile ces prochaines années. A l'incertitude de la conjoncture économique s'ajoutent des modifications législatives fédérales en cours qui pénaliseront les finances des collectivités publiques comme la réforme des entreprises III ou la péréquation financière. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion