Actualisé 21.12.2016 à 15:33

Glaris

Le parlement opposé à l'interdiction de la burqa

Le gouvernement glaronais rappelle qu'aucune femme portant la burqa n'a été signalée dans l'espace public du canton.

La loi proposée par un citoyen se base sur l'initiative adoptée en 2013, au Tessin.

La loi proposée par un citoyen se base sur l'initiative adoptée en 2013, au Tessin.

Keystone/Archives

Le Grand Conseil de Glaris s'est prononcé mercredi contre une interdiction de la burqa sur le modèle tessinois. Les députés recommandent à la Langsgemeinde de refuser en mai prochain le projet qui lui sera soumis.

Le texte n'avait aucune chance auprès des 60 députés que compte le parlement. Seuls des représentants de l'UDC se sont prononcés en faveur du texte. Le Grand Conseil s'est rangé à l'avis de l'exécutif.

Le gouvernement recommande aux citoyens de rejeter la proposition de loi, car le débat vient à peine de commencer au niveau national. La situation de Glaris ne nécessite par ailleurs aucune mesure urgente à ce stade, car, de fait, aucune femme portant la burqa n'a été signalée dans l'espace public du canton.

Il serait préférable d'attendre une éventuelle votation fédérale avant de prendre une décision au niveau cantonal, estime le Conseil d'Etat.

Modèle tessinois

La proposition émanant d'un citoyen a été déposée en 2015. Cet instrument politique n'existe que dans les cantons de Glaris et d'Appenzell Rhodes-Intérieures. Pour être jugée recevable, elle doit recevoir le soutien d'au moins dix députés. Elle a obtenu onze voix, toutes des rangs de l'UDC.

La loi envisagée se base sur l'initiative anti-burqa adoptée au Tessin par 65,5% de la population en décembre 2013. Celle-ci est entrée en vigueur le 1er juillet 2016. La proposition interdit de se dissimuler le visage en public. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!