Actualisé 03.12.2014 à 17:14

Plan d'austérité - JU

Le Parlement s'associe aux mesures d'économies

Les députés jurassiens ont accepté les propositions du gouvernement visant à économiser 35 millions de francs d'ici 2018.

Le Parlement jurassien apporte son soutien au programme d'austérité qui permettra d'économiser 35 millions de francs d'ici 2018. Il a accepté mercredi les propositions qui lui étaient soumises par le gouvernement.

Ce programme d'assainissement des finances cantonales comporte 140 mesures. La majorité d'entre elles relèvent de la compétence du gouvernement et seront débattues lors de l'examen du budget 2015. Les 23 propositions soumises mercredi au Parlement nécessitaient une modification législative.

Gel de la baisse fiscale

Les députés ont ainsi décidé à une nette majorité lors de chaque vote de supprimer le Parlement de la jeunesse, de ramener le montant de leurs indemnités au niveau de 2002, de privatiser le laboratoire cantonal ou encore de réduire les subventions aux écoles privées.

Ils ont également décidé d'introduire un impôt minimal de 50 francs. Une proposition de la gauche d'abaisser ce montant à 30 francs a été rejetée par 29 voix contre 24. Autre mesure fiscale adoptée, la suspension en 2015 de la baisse linéaire de 1% des impôts comme le préconisait le gouvernement.

Les élus ont en revanche refusé de renoncer à leur participation à l'Assemblée parlementaire de la francophonie comme le proposait le Bureau du Parlement.

Ce programme d'économies baptisé «Opti-Ma» affecte tous les secteurs de l'Etat et les institutions parapubliques. Sa mise en oeuvre va se traduire par la suppression de 90 emplois.

Opposition de la gauche alternative

L'entrée en matière sur le débat général du programme d'économies avait été acceptée par 53 voix contre 5. Le PDC, l'UDC, le PS, le PLR et le PCSI ont reconnu la nécessité d'assainir les finances cantonales. A l'opposé, une partie des Verts et de la gauche alternative CS-POP a dénoncé des mesures qui pénalisent les plus démunis.

«Ce programme ne peut que décevoir et faire mal aux personnes concernées», a souligné le ministre des finances Charles Juillard. Mais pour le ministre jurassien, il faut anticiper une baisse des parts fédérales accordées au canton et une hausse des charges sociales et de la santé. «Nous avons une vision d'avenir».

«Il n'y a aucune fierté à soutenir des restrictions budgétaires», a souligné le président de la commission spéciale Gilles Froidevaux. Le député socialiste a estimé que la présentation d'un programme d'économies constituait un constat d'échec, en particulier en période de haute conjoncture.

Deux domaines ont été épargnés dans le projet gouvernemental: il n'y aura ni hausse d'impôts ni baisse des salaires de la fonction publique. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!