Actualisé

SuisseLe Parlement veut garder les points de vente des CFF

Après avoir vu leur gare fermée, les petites localités devraient perdre leur point de vente. Des conseillers nationaux font part de leur préoccupation.

par
smk/nxp
La gare de Schänis (SG) continue de vendre des billets mais elle est surtout devenue une échoppe.

La gare de Schänis (SG) continue de vendre des billets mais elle est surtout devenue une échoppe.

photo: yellow.local.ch

L'ex-régie fédérale a fermé de nombreuses gares, privant des dizaines de localités de services au guichet. Ils ont alors octroyé à des tiers, comme la Poste ou encore Migrolino, la possibilité de vendre des billets. Mais ils veulent y mettre fin dès le 1er janvier 2018, pour des raisons d'économies.

Les CFF espèrent ainsi économiser cinq millions de francs par an. Mais leurs projets se heurtent à la volonté politique. Le conseiller national Jakob Büchler (PDC/SG) a déposé une motion pour que l'ex-régie gèle son projet durant cinq ans, comme l'explique le «Tages-Anzeiger» dans son édition du 6 octobre.

Le texte est soutenu par 35 autres conseillers nationaux de tous bords politiques. Ses chances de succès au Parlement sont élevées.

Démantèlement du service public

«Ce que prévoient les CFF n'est rien d'autre que le démantèlement du service public», estime Jakob Büchler, qui sait de quoi il parle. Sa commune de Schänis (SG) compte un point de vente géré par des tiers, à l'image de 51 autres localités en Suisse. S'il devait disparaître, les usagers devraient se contenter des billets par internet ou dans les distributeurs.

Mais sa motion risque de se heurter au calendrier prévu, car le temps est compté pour que les deux chambres donnent leur feu vert avant le 1er janvier 2018. Et le Conseil fédéral devrait alors préparer un texte de loi, qui aurait à son tour besoin d'une majorité dans les deux conseils.

Les CFF persistent et signent

Les CFF ne veulent pas s'exprimer sur la motion, comme l'explique leur porte-parole Marc Olivier Dischoe. Mais il rappelle que les 52 points de vente concernés représentent moins d'un pourcent des billets vendus. Alors que les ventes sur internet décollent.

Quant aux clients âgés, ils ont droit à une formation avec Pro Senectute. Ils sont alors «surpris de découvrir la simplicité du guichet en ligne et de l'application». Des discussions sont en cours avec les partenaires des points de vente au sujet de l'immobilier. Mais pas question de revenir sur le programme d'économies.

Régions et usagers ulcérés

Le projet des CFF provoque une levée de boucliers dans les régions touchées. Une pétition en Suisse alémanique a même été lancée pour faire revenir l'entreprise sur sa décision.

Walter von Andrian, rédacteur en chef de «Schweizer Eisenbahn-Revue», comprend les réactions. «Les CFF proposent toujours moins de conseils tandis que l'offre en billets et la structure tarifaire deviennent toujours plus compliquées. Celui qui a besoin d'aide doit se tourner vers internet ou le téléphone, mais c'est cher.»

Il rappelle que de nombreux usagers utilisent le train «parce qu'ils n'ont pas le choix». Si les CFF continuent de réduire leur service, cela va déstabiliser les gens et abaisser la satisfaction. «La popularité des CFF pourraient être anéantie.»

La Poste aussi visée

Dans les campagnes - La Poste est également dans le viseur de Jakob Büchler, qui veut empêcher la fermeture de bureaux de poste. Il a donc déposé une motion demandant que l'ordonnance sur la poste soit modifiée pour garantir une présence dans les campagnes. Son texte a aussi été signé par 35 autres conseillers nationaux de tous bords politiques.

Au Vietnam? Deux autres motions sur la Poste ont été déposées par Martin Candinas (PDC/GR). Il veut empêcher que la Poste ne fasse trier une partie de son courrier illisible au Vietnam et demande également que le courrier soit distribué jusqu'à midi.

Hameaux -Deux autres motions quasi-similaires ont été largement approuvées par le Conseil national. Elles demandaient que les habitants de hameaux occupés toute l'année puissent en tout occasion recevoir lettres et paquets. Les deux textes ont été déposés par les conseillers nationaux neuchâtelois Jacques-André Maire (PS) et Raymond Clottu (UDC).

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!