Le parlement zurichois songe à supprimer le 1er mai férié
Actualisé

Le parlement zurichois songe à supprimer le 1er mai férié

En proposant de supprimer la fête du 1er mai, les démocrates du centre entendent juguler les échauffourées qui ont lieu chaque année à cette occasion en ville de Zurich.

Les casseurs ne sont qu'une fausse excuse pour supprimer un jour férié de gauche, a critiqué une représentante du PS.

D'autres socialistes de même que des écologistes ont fait valoir que le 1er mai était un jour de fête international qu'il était impossible de supprimer. En le rayant de la liste des jours fériés cantonaux, on enlève simplement un jour libre aux travailleurs.

Jour du travail perverti

La gauche et les syndicats ne doivent s'en prendre qu'à eux- mêmes, a rétorqué le démocrate du centre Alfred Heer. «Ils ont toléré que le jour du travail soit perverti en un jour de fête de groupes extrémistes, d'origine étrangère pour la plupart».

Le Grand Conseil a soutenu provisoirement l'initiative UDC par 72 voix - 60 étaient nécessaires. Le gouvernement cantonal est maintenant invité à prendre position sur la modification de la loi sur les jours fériés et les ouvertures des magasins. Le 1er mai n'est férié que dans les cantons de Bâle-Ville, du Jura, de Schaffhouse, de Thurgovie, du Tessin et de Zurich.

(ats)

Ton opinion