Actualisé 19.03.2013 à 10:17

GenèveLe Parquet durcit le ton contre les séjours illégaux

Une directive du procureur général datant du mois d'octobre permet à la justice d'envoyer en prison les multirécidivistes sans papiers. Certains s'en offusquent.

von
rle

Six mois de prison pour séjour illégal. Voilé ce que risquent les petits délinquants clandestins depuis le mois d'octobre. Selon «Le Courrier», une nouvelle directive a été édictée à cette période par le procureur général Olivier Jornot. Elle est le fruit du pacte qu'il avait conclu cet été avec le chef de la sécurité, Pierre Maudet.

Celle-ci permet aux procureurs d'être plus dur à l'endroit des multirécidivistes alors que les infractions à la Loi sur les étrangers (LEtr) n'amenaient jusque là que rarement des peines de prison ferme. Selon le pouvoir judiciaire, il faut quatre à cinq antécédents pénaux pour être condamné à six mois ferme au seul motif de la LEtr.

Directive contestée

Cette nouvelle pratique ne laisse toutefois pas indifférent. L'avocate de l'association Mesemrom, Me Dina Bazarbachi, regrette la méthode. «Ces personnes ont déjà payé pour leurs erreurs, indique-t-elle. On prend le risque de condamner des gens qui essayent de sortir de la délinquance, ou de partir de Suisse par exemple.»

«Gérer par la prison le problème des étrangers illégaux me paraît à l'évidence une vraie mauvaise idée dont les conséquences ne seront en tout cas pas une gestion saine des flux migratoires», estime de son côté l'avocat Raymond de Morawitz, membre du comité des Juristes progressistes.

Neutraliser les multirécidivistes

Par cette directive, le procureur général entend, lui, neutraliser les fameux trois cents à quatre cents multirécidivistes de Genève avant même qu'ils ne commettent leur prochain délit.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!