Actualisé 27.07.2015 à 11:49

Fraude fiscale

Le parti au pouvoir en Belgique allume la Suisse

Pour vanter son action, le Mouvement réformateur (MR) du Premier ministre belge a diffusé un visuel qui lie la Suisse avec la fraude fiscale. Christophe Darbellay trouve l'image «déplorable».

de
cga
Le visuel représentant un drapeau suisse planté sur une liasse de billets choque.

Le visuel représentant un drapeau suisse planté sur une liasse de billets choque.

«Cibler fraudeurs, pollueurs et spéculateurs. Une réforme fiscale de 7,2 milliards. Le MR l'avait promis, le gouvernement Michel l'a fait». Voici le contenu du texte diffusé ce week-end sur le compte Twitter officiel du parti au pouvoir en Belgique le mouvement réformateur du Premier ministre Charles Michel. Le hic? Sur l'image (ci-dessus) qui accompagne cette déclaration, on peut voir une liasse de billets d'euro et... un drapeau suisse, comme l'a repéré le quotidien wallon «La Libre Belgique». Si l'idée originale du texte était de vanter l'action du gouvernement belge en matière de lutte contre la fraude fiscale, l'affaire risque de froisser la Suisse, avec laquelle la Belgique vient pourtant de signer un accord d'échange automatique de données fiscales.

Interrogé par le quotidien belge et prévenu au préalable par un citoyen helvético-belge, le président du PDC Christophe Darbellay s'insurge et attend des excuses: «Je trouve cette image déplorable. C'est choquant (....) Cette démarche est d'autant plus choquante qu'elle vient d'une personnalité d'un tel niveau de responsabilités. Des excuses seraient bienvenues, et j'espère que la diplomatie suisse prendra langue avec les services du Premier ministre belge rapidement.» «Aujourd'hui, beaucoup de ressortissants français quittent la Suisse pour la Belgique, je suppose que votre pays ne les attire pas avec du miel», poursuit le conseiller national valaisan, rappelant que depuis la fin du secret bancaire, «aucun pays ne peut se targuer d'avoir fait autant de réformes en la matière en aussi peu de temps».

Pour sa part le Mouvement réformateur tente de circonscrire le début d'incendie diplomatique en expliquant à «La Libre Belgique» n'avoir eu «aucune intention de se brouiller avec la Suisse». Si le drapeau a été choisi, c'est parce qu'il représente «un symbole direct» de la fraude fiscale, justifie même le porte-parole du président du MR. «Ce pays est plus connu que les îles Caïman».

Sur Twitter, depuis la révélation de l'affaire les messages outrés ou humoristiques pullulent.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!